AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nerys...call me Mistress

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sanglante Sissi - Boss de fin de niveau
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 13/02/2012
Age : 29

Essences vitales
Âge: environ 1200 ans
Rôle: Impératrice

MessageSujet: Nerys...call me Mistress   Lun 13 Fév - 17:26

Nom : aucun, ou elle ne s'en souvient pas
Prénom : Nerys
Surnom(s) : aucun, Nerys suffit. Dans des temps anciens, elle fut aussi appelée Dana
Âge :
- apparent : 20ans
- réel : 1200 ans à une ou deux décennies près
Sexe : féminin
Race : Vampire
Rang, emploi ou fonction : Impératrice
Opinions politiques : Dévouée à sa race, tant que cela n’interfère pas avec ses propres désirs. Elle vous enverrait tous brûler au soleil si ça l’arrangeait, soyons clairs.
Blason, couleurs, emblème : une pièce d’échec, la Reine, rouge sang

Physique : Statue majestueuse polie par le temps, son visage n'affiche que peu d'émotions, ses yeux d'un vert émeraude des plus purs semblent lassés d'observer ce monde qu'elle ne connaît que trop.
Droite et fière, Nerys ne dépasse pourtant pas souvent ses congénères féminines, son corps reflétant la plupart des bas instincts des mâles. De son allure, on retient le plus souvent ses longs cheveux d'un roux lumineux tirant sur l'orangé, le plus souvent laissés libres, ses hanches discrètes, sa taille délicate et sa poitrine ensorcelante. Sous cette masse de cheveux, deux grands yeux verts illuminent un visage fin et encore assez enfantin. Un petit nez mutin et une bouche finement ourlée complètent ce charmant minois à l'air innocent. Son visage est une énigme impossible à résoudre, ne montrant strictement aucune émotion, aucun rictus, aucune trace d'un quelconque intérêt pour ce qu'on lui dit.
Finement musclée, elle n'en reste pas moins mortellement dangereuse si d'aventure on ose troubler son ennui permanent. Sa démarche féline la rends attirante, elle le sait, mais elle l'utilise surtout pour se rendre discrète et observer sans être remarquée.

Psychologie : Hautaine et froide, peu lui importe le regard et l'avis des autres du moment que son miroir lui renvoie l'image de sa perfection. Narcissique ? Sûrement, mais surtout pointilleuse sur les détails qui font d'elle un être supérieur.
Son visage ne montre aucune émotion, pour la simple et bonne raison qu'elle n'en ressent que très peu, son cœur ne battant plus qu'au rythme des trop rares joutes qu'elle affectionne tant. Le reste du temps, elle ne fait qu'énoncer ses volontés à ses serviteurs, aussi appelés conseillers, et suivre la monotonie des longues journées dans l'enceinte de son palais. Ses serviteurs ne sont pour elle qu'une source de lassitude en plus, aussi elle les utilise pour tromper son ennui, n'hésitant pas à les blesser cruellement et à les faire souffrir. Ils lui ont juré allégeance et ont offerts leurs vies et leurs corps à son service, Nerys ne se satisfaisant pas d'un simple serment de fidélité.
L'emprise qu'elle exerce sur les siens est malsaine, forgée dans la douleur et la soumission, une maîtresse sur ses jouets. Elle se considère comme la seule autorité toute puissante, la seule volonté à satisfaire. Les vampires de rang inférieur au sien ne sont au mieux que des sujets à asservir, les rares au dessus, des concurrents à éradiquer.
Sa Cour, puisqu'ils faut les nommer ainsi, sont pour l’Impératrice une source de consternation : des bœufs tout juste bons à être sous le joug de leur maîtresse. D'une patience d'ange en ces moments, elle ne faisait aucune vague, aucune polémique, préférant attendre son heure et planifier chaque détail...Il faut que tout soit parfait.
Son comportement en "combat" change radicalement. Son tempérament froid s'efface pour laisser place à la haine et la délectation, elle cherche à faire souffrir son adversaire au maximum. Rien ne lui fait alors plus plaisir que d'entendre des cris de douleurs et d'agonie. Si elle daigne dégainer son arme, on peut en déduire que le pauvre ère qui a osé déranger la froide majesté de la vampire va regretter son geste. Fort ou faible, homme ou femme, lycan ou humain...Peu importe ! Un rictus annonciateur naît alors sur le visage naguère si vide de toute émotion et elle savoure par anticipation le plaisir qu'elle prendra à entendre sa victime hurler.
Sitôt le combat terminé, par la mort de l'adversaire dans d'atroces souffrances bien entendu, Nerys retrouve son masque placide et jette négligemment son arme à l'une de ses serviteurs. La tâche de nettoyer la lame ne lui incombe pas, comment pourrait-on ne serait-ce qu'émettre l'idée que l’Impératrice s'abaisse à de viles tâches.
Vous ne l'entendrez jamais hausser le ton, parler plus fort que les autres ou se dresser pour reprendre le contrôle. Non, elle préfère rester silencieuse, ou parler tout bas, s'exprimant avec calme et sérieux....et peut faire passer les pires horreurs pour un "et sinon, on mange quoi ce soir?".

Arme : à part son utilisation experte des mots, la jeune femme possède un athamé d’argent dont elle se sert à merveille

Signe particulier : Ses yeux semblent briller dans la pénombre, mais c’est uniquement du à leur couleur vive
Ce que vous avez sur vous : Élégante jusque dans les moindres détails, elle porte en public de longues robes assorties à son teint, découvrant le plus souvent la naissance de ses seins. Elle affectionne tout particulièrement cet attirail tout nouveau appelé corset, affinant encore plus sa taille déjà fine et mettant en valeur à la perfection sa poitrine

Son habillement change du tout au tout lorsqu'elle siège dans ses appartements, ne portant alors qu'une large tunique aux tissus vaporeux cintrée sous la poitrine et retenue par une chaîne d'argent autour de son cou. On pourrait presque qualifier cet accoutrement de ''négligé'' s'il n'était pas parfaitement ajusté au corps de la vampire. Tout en elle doit inspirer le respect et la peur, et elle se fait un plaisir d'ajouter une touche de noir autour de ses yeux si clairs qu'ils en deviennent effrayants.

Ce que vous savez des autres personnages : des sujets, tous, sans exception... mais ils ne le savent pas encore. Llyr et Cian sont les seuls acceptés dans son entourage proche pour le moment

[HRP: j'aime pas les descriptions....je préfère les histoires]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanglante Sissi - Boss de fin de niveau
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 13/02/2012
Age : 29

Essences vitales
Âge: environ 1200 ans
Rôle: Impératrice

MessageSujet: Re: Nerys...call me Mistress   Lun 13 Fév - 17:37

[La vie humaine sera révélée plus tard...]

« Il n'y a pas de lumière sans ombre. »
Quel était cet endroit étrange ? Du sable à perte de vue, un ciel noir et vide, rien qu'elle ne connaissait. Allongée sur le sol meuble, elle essayait de trouver un point de repère, quelque chose qui lui aurait indiqué le lieu où elle gisait. Elle entendit des ricanements autour d'elle, malsains, et des commentaires plus que déplacés sur son anatomie. Serrant les dents de douleur en se relevant, elle ne put que constater le sang qui la couvrait. Elle porta les mains à son visage, puis à son ventre, cherchant la plaie, se rendant compte de l'absence de son enfant près d'elle.
Les monstres qui l'entouraient ricanèrent de plus belle, s'adressant à elle en des propos parfaitement déplacés. Inconsciemment, la main de Nerys se referma sur un objet fin et d'un mouvement plus vif qu'elle ne s'en serait cru capable, le planta dans le pied le plus proche. La jeune fille regarda plus attentivement ce qu'elle tenait : une lame relativement fine soudée à une garde ornée d'anciens symboles qu'elle ne connaissait pas, surmonté d'un croissant d'argent d'où pendaient quelques breloques. A peine plus grande que sa main.

Sans lui laisser le temps de faire plus, elle se retrouva attachée et assommée, avant de s'éveiller une nouvelle fois, dans une pièce inconnue. Il lui était impossible de dire depuis combien de temps elle se trouvait là, ni combien de temps était passé depuis qu'elle avait donné le jour à sa fille. Son corps la faisait souffrir, une soif infinie asséchait sa gorge, et son crâne menaçait de céder tant ses pensées tournaient et retournaient la situation présente. Où était-elle? Qui étaient ces silhouettes noires vues dans le désert? Mais surtout, qui étaient ces deux jeunes hommes en face d'elle, semblant eux aussi s'éveiller dans ce cauchemar? Elle n'était plus entravée, mais ses membres ne voulaient pas répondre, et elle sombra une nouvelle fois dans un sommeil d'une noirceur sans fond, pour être réveillée par une douleur lui crispant l'estomac, et une autre plus faible, au cou. Ses yeux s'ouvrirent pour ne rencontrer d'abord que des ombres, avant de réaliser qu'un des hommes était sur elle, essayant de la mordre jusqu'au sang. Elle le repoussa sans ménagement, avant de se jeter à son tour sur lui, pour lui rendre la pareille, avant de s'arrêter au dessus de lui. Nerys ne savait pourquoi elle ressentait ce besoin de violence, de sang, ni pourquoi son instinct lui dictait les endroits parfaits pour le recueillir. La jeune femme recula contre le mur le plus proche, son arme sortie pour se défendre d'un éventuel assaut, jetant un regard aux deux autres individus. Celui qui l'avait attaqué était dans le même état qu'elle, l'autre semblait hagard et faible, et c'est sur lui qu'ils jetèrent leur dévolu, le vidant de son liquide vital avant de s'endormir sur le corps sans vie, repus.

Son premier vrai réveil...Nerys ouvrit les yeux, avec pour la première fois l'impression d'être à sa place, l'homme à ses côtés ne la gênant pas plus que ça. Elle se savait plus forte que lui, plus puissante, et d'une plus grande maitrise sur elle-même. Sans un mot, elle se blottit contre lui, repoussant vaguement le corps sous eux, profitant d'un contact qu'elle n'avait encore jamais connu. Elle le regarda s'éveiller, avant de lui murmurer à l'oreille:
Tu seras Nuada et je serais Dana...pour toujours...

Sa façon de penser évolua au fur et à mesure : arrivée naïve et délicate, elle devint peu à peu une tueuse froide, violente et sanguinaire, chacun de ses coups lui permettant exorciser la colère, la haine et la douleur qu'elle avait gardé de sa vie humaine. En dehors des combats, elle reprenait une attitude dénuée de toute émotion, partant à la recherche de nouvelles proies, se servait de Nuada pour la seconder, la servir. Elle se refusait cependant à toute intrusion dans l'Irlande de son enfance, sachant qu'elle pourrait par mégarde se nourrir de ceux qui furent sa famille, ancêtres ou descendants. Mais son cœur ne cessait de bondir de haine pure au souvenir de cet homme qu'elle avait du appeler son mari.

Au cours d'une de ses nombreuses errances, Nerys tomba ne à nez avec un homme, son apparence bien que vieilli manqua de la faire défaillir. Lui, cet homme à qui on l'avait lié de force, qui n'avait émit que des reproches à son encontre. Il ne la reconnu pas, ne voyant en elle qu'une jeune femme inconnue. Cet être qu'elle détestait plus que tout et qui l'avait tant fait souffrir était à sa merci. Empoignant son arme, elle la lui plongea dans le ventre, visant un endroit précis pour qu'il ne meurt pas instantanément, et se pencha vers lui. Son attitude toute féline la poussait à jouer avec sa proie, elle ronronnait presque, savourant à l'avance la douleur qu'elle allait infliger. La vampire tourna lentement la lame à l'intérieur de la plaie alors qu'il la suppliait de mettre fin à ses souffrances, et elle se pencha un peu plus, miaulant à son oreille pour finalement lâcher dans un murmure :
Eh bien, mon époux, ne reconnaissez-vous pas votre femme dévouée, la mère de votre descendance?
Sa main libre vint se porter à la gorge de l'homme, l'enserrant avec une douceur feinte, et la lame qu'elle tenait toujours remonta lentement jusqu'au sternum.
Votre premier véritable enfant n'est pas celui que vous croyez...Votre dédain de mon genre m'a poussé à la tuer pour lui épargner votre haine et les mauvais traitements que sa mère a subi..
Alors que l'homme tremblait, entre la douleur intense qu'elle lui infligeait et la colère sourde envers celle qui devait lui être soumise dans la vie comme dans la mort, elle retira brusquement son arme et se redressa. Il n'était même pas assez bon pour embrasser le sol qu'elle foulait, il n'était qu'un insignifiant insecte parmi la plèbe fourmillante des parasites qui peuplaient cette terre. Il ne méritait pas de mourir de sa main, aussi elle laissa Nuada s'en charger alors qu'elle s'éloignait. Au loin la ville dormait, baignée par la lune, ignorant tout de ce qu'il se passait. Un jour viendrait où elle prendrait sa revanche sur tous, où elle serait crainte et respectée...Un jour viendrait où elle serait Impératrice, régnant sur des serviteurs dévoués à ses moindres caprices.

« On n'acquiert tout pouvoir sur les autres qu'en renonçant à tout pouvoir sur soi-même. »
Comment compter le temps passé ainsi quand les nuits se succèdent et que son propre corps ne subit plus les affres de l'age. La lune dominait le ciel, seule, éclairant de ses rayons blafards les trop peu nombreuses silhouettes hantant son monde nocturne. Et Nerys avançait tout comme l'astre lunaire, sa soif de pouvoir pourtant encore peu élevée grandissant au fur et à mesure.

Les décennies passèrent sans qu'elle en eut conscience, semant la mort sur son passage. Les massacres continuaient, la volonté de la jeune femme la menant vers des adversaires aussi puissants qu'elle si ce n'est plus, son compagnon sur ses talons. De son aspect d'humaine usée par les travaux domestiques harassants, plus aucune trace. Ses longs cheveux rayonnaient de nouveau, sa silhouette devenant celle d'une femme accomplie. Nerys était devenue une guerrière, une future reine dont le courroux serait craint de tous, et elle comptait bien commencer son ascension au plus tôt.
Mais il restait encore une étape avant l'accomplissement de sa destinée : rejoindre Vasteval, le berceau de leur civilisation, comme indiqué par certains de leurs congénères qu'elle s'était fait un plaisir de massacrer par la suite. Le temps lui parut long, bien trop long, alors que son impatience grandissait. Il lui tardait d'entrer dans la ville et d'en prendre le trône, toute puissante, son serviteur exécutant le moindre de ses désirs. Dévorant ses adversaires avec une délectation bestiale, elle épargna néanmoins l'un d'entre eux, l'attachant à son service. Un jeune homme, plutôt bien fait, totalement dévoué. Renommé Llyr, il devait trouver des endroits sécurisés pour qu'elle puisse se reposer, accédant à toutes ses demandes avec le respect et la déférence qui lui était due.

Peut-on être suffisamment détachée de toute émotion pour tuer froidement ceux qui nous porte toute leur attention ? Une personne sensée et émotionnellement équilibrée répondrait par la négative à coup sur...mais ce n'est pas le cas de Nerys. Nuada était toujours présent à ses côtés, mais il représentait une alternative au trône et elle n'avait certainement pas besoin d'un autre obstacle. Sans un mot, elle s'approcha de lui, charmeuse...Sans un mot, elle caressa le torse nu de son dévoué suivant...Sans un mot, un sourire naquit sur ses lèvres...En un mouvement, elle lui brisa la nuque dans un craquement sinistre, se repaissant de son sang au même moment, le vidant totalement pour ne laisser de lui qu'une enveloppe vide, sous les yeux de Llyr qui n'esquissait aucun mouvement. Elle se releva, dévoilant un visage sans aucune expression, la bouche maculée de sang. Nerys approchait de son but, le trône d'impératrice n'attendait plus qu'elle.

« Qui ne sait dissimuler ne sait pas régner. »
Vasteval... Cet endroit qu'elle avait tant désiré, pour lequel elle s'était battu...Il était presque sien. Nerys avait traversé le désert et s'était présentée, humble, aux portes du Manoir pour demander à entrer au service de la Cour. Humble...la bonne blague ! L'allure de la jeune femme était totalement inoffensive, un petit bout de femme aux vêtements usés, elle n'inspirait pas la méfiance. S'ils avaient su les pauvres.
Les gardiens des portes s'approchaient d'elle, la détaillant plus que nécessaire et elle pouvait sentir leurs regards vicieux glisser sur ses formes. Insectes répugnants...Sans que rien ne puisse le présager, elle leur trancha la gorge dans un petit rire sadique et les dévora, leur sang maculant son visage, gouttant sur sa gorge pour couler le long de sa peau. Elle était un monstre, mais avait accepté cette fatalité il y avait bien longtemps déjà. Il ne resta bientôt plus rien des deux hommes, la jeune femme poussa les lourdes portes et pénétra plus avant, Llyr la suivant sans un mot ni un regard pour les deux victimes.

De ruelles désertes en avenues vides, elle traversa la ville souterraine, se guidant à l'instinct jusqu'à atteindre le centre politique. Elle pouvait sentir des regards l'entourer, la scruter, l'examiner...S'ils savaient qu'elle approchait, personne ne vint au devant pour l'arrêter. La jeune femme entra dans la salle où ils se trouvaient tous, Cour inutile de pantins attardés, chacun affichant une mine qui en disait long. Qui était cette gamine qui les dérangeait ? Cette gosse barbouillée de sang ? Nerys se tint droite, affrontant le regard de tous. Elle valait mille fois mieux qu'eux, ils n'étaient que de pâles copies de personnes dignes du rang qu'ils avaient. L'un d'entre eux se leva et se planta devant elle, silencieux malgré les murmures dans la salle. Il se permettait de laisser ses yeux traîner sur elle, examinant chacune des courbes de la jeune femme...A vomir...
Plus rapide qu'il n'aurait pu imaginer, elle l'attrapa au col et le plaqua contre le mur avec violence. Plongeant ses yeux si clairs dans ceux de l'homme qui lui était pourtant supérieur, elle pencha un peu la tête sur le côté, découvrant ses dents carnassières avant de le relâcher et de reprendre sa place d'origine. Nul mot n'était sortit de cette bouche ensanglantée, mais elle allait lui faire payer un jour ou l'autre sa concupiscence. Son regard se posa sur chacun des êtres présents avant de fixer celui qui trônait. Sans un mot, elle marcha jusqu'à lui et ploya, s'agenouillant en une parfaite expression de soumission.
Majesté, permettez-moi d'entrer à votre service...Désignez celui qui sera mon maitre et ma vie sera vôtre...
Il riait tout bas, plus amusé par le comportement cavalier de la demoiselle que par sa demande. Il l'assigna au service de celui dont elle avait fait la connaissance quelques secondes plus tôt. Sans qu'aucun signe de son ambition ne marque son visage, l'Irlandaise se releva, salua l'ensemble des membres de l'assemblée en s'inclinant avec grâce et sortit sans un regard pour son ''maître''. Il allait payer pour son affront, parce qu'il occupait la place qu'elle briguait...et parce qu'elle ne l'aimait pas.

Des jours, des mois, des années, des décennies à servir sous les ordres de cet homme abject, à exécuter docilement les ordres qu'il lui donnait, son visage glacé n'exprimant aucune émotion. Mais à toute chose, malheur est bon. Il lui apprit à canaliser ses capacités, à faire souffrir au mieux ses adversaires. Ces moments étaient les rares fois où la demoiselle se déparait du masque lisse de son visage sans émotions pour se laisser aller à la colère et la haine, se défoulant sur celui dont elle briguait la place. Mais la haine ne dure qu'un temps, le seigneur et sa servante finissaient souvent ces entrainements en des combats plus intimes, mêlés de brutalité et de sadisme pur. Sitôt cela finit, les choses reprenaient leur lent cours. Nerys apprit bien vite à connaitre son maitre, ses habitudes, son comportement, sa façon d'agir...Il était si prévisible.
Le temps s'acharnait à s'écouler trop lentement, elle en voulait toujours plus, elle voulait la place qui lui était due avant de pouvoir monter sur le trône de Vasteval. Sa décision fut prise, un seul se dressait sur sa route. Elle feignit d'être soumise et dévouée, rôle qu'elle n'avait que trop connu par le passé, il ne se doutait de rien, imbu de lui-même, sur d'être le meilleur alors qu'il n'était qu'un parasite de plus. Le jour de l'entrainement arriva, les habitudes restaient les mêmes, rien ne dérogeait à la routine. Enfin presque. Nerys profita de l'orgasme de son amant honnis pour lui trancher la gorge de son arme. Véritable mante religieuse, elle se nourrit de lui, de son sang, avant d'abandonner le corps en plein désert.

De retour dans leurs quartiers, elle assassina froidement les autres membres de la famille du défunt seigneur dans un ricanement, prenant un plaisir tout particulier à se couvrir du sang qui coulait. Elle fit disparaître les cadavres non sans en consommer une partie, laissant son fidèle Llyr se nourrir ensuite. Restant ainsi couverte de sang, elle déchira un peu plus les habits qu'elle portait et se présenta devant l'Empereur. Elle était si proche du but, il ne fallait surtout pas que ce vieil impotent remarque la supercherie.
S'agenouillant humblement devant lui, lui racontant comment feu son maître avait succombé face à un de ces maudits lycans, tuant aussi les compagnons de la jeune femme... Jamais son visage n'eut l'air plus affligé, remplit d'une douleur et d'une tristesse qu'elle mimait à la perfection. Ne doutant pas un seul instant de sa bonne foi, il la désigna comme héritière du titre de Seigneur. Le trône n'était plus si loin, il serait bientôt sien...

« Cette beauté, sombre comme le fer,
Est de celles que forge et polit l'Enfer. »
Enfin cette place qu'elle avait tant recherchée était sienne. Il ne lui restait plus qu'à prendre la place de l'Empereur et elle pourrait régner sur ce monde qui s'étendait à ses pieds. Mais pour le moment, elle se devait d'attendre et d'observer, pour mieux anticiper les mouvements de chacun. Le pouvoir est un jeu d'échec, où seuls les plus habiles remportent la victoire...Où la Reine est toute puissante. Et il ne fallait surtout pas négliger les pions, ce que Nerys fit en choisissant elle-même un nouveau serviteur, un mâles bien entendu. Il était bien plus aisé de les manipuler, la séduction et le charme jouant un atout non négligeable dans ce genre de rapport de force. Elle l'installa dans ses appartements, le renomma Cian, le vêtit comme il seyait aux serviteurs d'une dame de la Cour et l'assigna officiellement à son service. Dignes et humbles, Llyr et Cian la suivaient à chacun de ses rares déplacements, la tête baissée en signe de respect pour leur maitresse. Ses yeux et ses oreilles, ils restaient silencieux, n'osant parler que lorsque leur maîtresse les y autorisait, espionnant toutefois pour son compte auprès des différents adversaires qui se dressaient sur son chemin.

Ainsi entourée, Nerys pouvait en toute quiétude préparer son coup d'état. De nombreuses années passèrent pendant lesquelles elle fut un exemple d'obéissance à la puissance supérieur qu'était l'Empereur, gagnant par la même occasion le respect de tous. Ils ne la considéraient pas comme une menace...les fous...Dans ses appartements où elle passait le plus clair de son temps, la vampire planifiait chaque détail, recueillant les informations dans un journal qu'elle cachait de tous, y compris de ses serviteurs. Les termes exacts de sa conjuration ne pouvaient être connus que d'elle, les yeux impies des deux mâles n'étant pas digne de se poser sur sa divine écriture.
Et le jour tant attendu arriva, après de longues décennies à camoufler soigneusement ses ambitions. Elle avait attendu que la plupart de ses ''camarades'' partent à la recherche d'un des chapitres pour demander audience à l'Empereur, entourée de ses deux serviteurs. En des termes élégants et courtois, elle lui renouvela son serment d'allégeance et courba l'échine devant lui, les deux hommes qui la suivaient l'imitant avec déférence. S'en suivit une conversation aimable, les sujets restant bien légers et superficiels alors que ses suivants apportaient quelques rafraîchissements. Endormir la méfiance déjà bien pauvre de cet homme fut chose aisée, la jeune femme feignait si bien son entière dévotion à ses ordres.

Du coin de l’œil, elle vit ses serviteurs se déplacer tels des ombres. Ils appliquaient à la perfection leurs ordres, braves petits soldats qu'elle n'avait pas hésité un seul instant à sacrifier pour se hisser jusqu'au trône. Le piège se mettait lentement en place, la jeune femme souriant aimablement à cet homme qu'elle allait supprimer d'ici peu. Llyr lui apporta une coupe qu'elle avait préparé elle-même, offrant à son souverain son propre sang en gage de reconnaissance pour l'accueil qu'il lui avait fait. Le fou but, sans se poser plus de question, pendant que d'un regard elle envoyait Cian et Llyr bloquer les portes. Son sang, il n'était pas question de lui donner, mais celui d'un macchabée récupéré dans le désert en revanche, c'était bien plus aisé. Si en plus ledit cadavre avait passé ses derniers jours à agoniser d'une maladie de Vénus particulièrement immonde, c'était parfait. Criant, griffant, cherchant à mordre, il ne pouvait rien faire...et ne put rien tenter d'autre lorsque sa tête roula sur le dallage si exquis de la salle, ou quand son corps démembré fut abandonné à la surface, quelques minutes avant l'aube. Cendres dispersées dans le désert, s'il arrivait à se reconstitué il mériterait peut-être une vengeance. N'ayant que faire de son prédécesseur, elle prit place sur le trône qui était désormais sien et convoqua le conseil. Pour tous et officiellement, l'Empereur était vivant, confiné dans ses appartements par un mal étrange, tandis qu'elle règnerait en secret par leur biais. Nerys, Impératrice des Vampires, s'autorisa un bref sourire mauvais alors que les membres du conseil disparaissaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tornade Blanche - Fait peur aux grands méchants loups
avatar

Messages : 1006
Date d'inscription : 12/12/2011
Compte principal : La Petite Fille

Essences vitales
Âge: Une dizaine d'années
Rôle: Petite fille

MessageSujet: Re: Nerys...call me Mistress   Lun 13 Fév - 18:03

Personnage validé



Reine sanglante aux sentiments de glace, ce que tu as acquis par la trahison, d'autres pourraient te le reprendre. Méfie-toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanity.cultureforum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nerys...call me Mistress   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nerys...call me Mistress

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» When everything goes wrong, call Superman.[with Chase Turner]
» Gamertag , Call of duty MW2 ( X360)
» Call of Chtulhu LCG
» ~ call me maybe (baptiste)
» Quel est votre Call Of Duty préféré?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Immortels :: Murmures dans la nuit :: Registre de parchemins :: Parchemins validés-