AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ishtar Ereshkigal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Monsieur Chat - Le loup qui te mangera
avatar

Messages : 305
Date d'inscription : 13/12/2011
Compte principal : La Petite Fille

Essences vitales
Âge: 3228 ans
Rôle: Loup alpha

MessageSujet: Ishtar Ereshkigal   Mer 14 Déc - 11:14

Nom : Ereshkigal
Prénom : Ishtar
Surnom(s) : /
Âge :
- apparent : la trentaine
- réel : environ trois millénaires
Sexe : Homme
Race : Lycanthrope
Rang, emploi ou fonction : Indépendant, prêteur et banquier de profession
Opinions politiques : Officiellement sans opinion, officieusement rebelle
Blason, couleurs, emblème : Sa couleur est, bien entendu, le rouge.

Physique :
Ishtar est de ceux qui, même s'ils désiraient le contraire, attirent les regards. Assez grand et plutôt élégant, il joue de sa prestance pour paraître le plus imposant possible, aidé en cela par sa carrure. Le résultat est souvent appréciable, peu cherchent à l'ennuyer, du moins pas en face de lui : le guerrier babylonien des siècles passés transparaît toujours dans sa musculature.
Il est vrai que son physique quelque peu particulier – et ses comportements parfois embarrassants – ont tendance à lui attirer quelque moquerie. Il porte ses cheveux très longs, comme pour mettre en exergue leur couleur inhabituelle, ce rouge légèrement pourpre très profond qui semble teinté de sang, et les tient rarement attachés, même si leur longueur les rend peu pratiques.
Ses yeux sont d'or, comme sous son apparence de loup, et sont ce qu'il a de plus expressif. Il les souligne toujours d'un trait noir pour renforcer leur éclat, une fantaisie qui lui vaut des surnoms peu flatteurs, ce qui n'empêche pas son regard de montrer un certain mépris mêlé de moquerie. Quant à ses lèvres, elles sont perpétuellement étirées en un petit sourire difficile à interpréter...
Sa peau mate est couturée de cicatrices à des endroits parfois quelque peu improbables, ceux qui les connaissent les imputent à des pratiques... particulières.
Sous son apparence de loup, son pelage est d'un brun rougeoyant, il est très grand et bien plus fin que sous son apparence humaine.
Psychologie :
Ishtar est un digne enfant de la Luxure. Son jeu favori est la séduction, il adore par-dessus tout se sentir désiré, se sentir beau. S'il dit qu'à son âge il a déjà tout testé et ne peut plus être surpris, il ne se lasse pourtant pas de ces jeux qu'il pratique inlassablement, au risque d'être traité par quelques noms peu flatteurs par ses congénères auxquels il cache peu son attirance marquée pour les mâles.
Cependant, il est très exigeant en la matière, comme en tout. Il n'ira chercher que la Beauté la plus pure dans ses jeux érotiques, comme au combat il préférera les adversaires les plus habiles. Il ne mange et ne boit que le meilleur, il ne porte que les plus fins vêtements, n'accepte que les missions les plus intéressantes – être aussi vieux permet de s'adonner à certains caprices.
Cette exigence, il l'a aussi envers lui-même et ne supporte que difficilement d'échouer, de mal faire. Il est ainsi un allié précieux qui tachera toujours d'offrir à ses supérieurs un travail des plus parfaits. Même si son caractère parfois brutal et insultant, sa tendance à ne s'attacher qu'aux apparences et son manque de respect visible envers autrui font de lui un être peu aimé par ses égaux, il a montré qu'il était utile, qu'il servirait les lycans avec toute son habileté et que malgré quelques piques d'insolence, il savait se faire obéissant.
Du moins semble-t-il. Car les rumeurs courent qu'il s'intéresse d'un peu trop près aux vampires et aux humains et qu'il ne respecterait l'autorité du Kaiser que parce que la situation était confortable, pour le moment. Les plus médisants – les plus perspicaces – disent de lui qu'il retournera sa veste dès qu'il pourra y trouver quelque profit, que ce soit pour rejoindre les rebelles d'Azranum ou même les vampires. Il ne considère pas cela comme une atteinte à sa fierté, sa loyauté ne va qu'à lui-même et pour lui l'honneur et la fiabilité ne vont pas forcément de paire.

Arme(s) : Il est très doué pour dissimuler des armes dans sa vêture. Difficile de dire ce qu'il cache réellement.
Signe particulier : /
Ce que vous avez sur vous :
Des matières sublimes, de très haute facture. Il ne porte que du rouge ou du noir et ses tenues sont très extravagantes, il ne sera pas rare de le voir se promener en longue jupe de soie, par exemple. Ses bijoux sont également frappants, tous d'or et de rubis, et peut-être un peu trop nombreux pour un homme. Il ne quitte jamais une paire de boucles d'oreille en forme de croissants de lune.
Ce que vous savez des autres personnages :
la plupart des lycans ne l'aiment pas beaucoup, même ceux qui ont été ses amants ou ses maîtresses, à dire vrai il le leur rend bien. Il profite de son âge qui lui assure une certaine respectabilité pour agir à sa guise et ses seules marques de respect vont au Kaiser. Il semblerait qu'il ait déjà été en contact avec les vampires, mais personne ne le sait réellement. Il fréquente certains sorciers d'Azranum, officiellement pour des raisons purement professionnelles (comprendre parties de jambes en l'air), officieusement... hé bien, c'est officieux.
Ainsi, il est ami avec Leif Svensson et fréquente les sorciers d'Azranum, qu'il apprécie - Mael Ciewyth, Amarante, Hécate Kassandra et récemment, Raphaël.


Histoire :
« Babylone est à sa première apogée.
1000 années nous séparent de Jésus-Christ, la Bible n'est pas encore écrite, l'Empire Romain n'existe pas. C'est un passé lointain que je vais vous raconter, c'est le mien...

Je suis né sous le règne de Hammourabi, j'ai connu sa splendeur au sein même de Babylone la grande, pendant sa longue série de conquêtes en Mésopotamie. J'étais l'héritier d'une famille de notables, les Egibi, descendants d'anciens rois ; une dynastie dont la richesse était alors sans limites et qui avait assis son pouvoir par la possession de nombreuses propriétés à l'intérieur de cette ville légendaire, ceinte par des murailles de vingt-cinq mètres de haut.

Mon nom je le dois au lieu de ma naissance. Ma mère m'a mis au monde près de la porte d'Ishtar, dans la rue, quelques semaines avant la date prévue par les médecins, elle a vu cet accident qui manqua de lui coûter la vie comme un signe : j'étais l'enfant de deux déesses, Ishtar, déesse de la sexualité et de la féminité, et Ereshkigal, déesse de la mort.

Malgré les mauvais présages qui pesaient sur ma naissance, je grandis et mûris comme tous mes frères et soeurs, sans montrer plus de malice qu'eux, m'appliquant même à contenter mes parents que je sentais méfiants envers moi. Et bien sûr, ils avaient raison. Je ne cessais de me débattre sous ma propre peau, insatisfait de ce qu'on avait fait de moi, ce guerrier impitoyable ne cessant de grimper les échelons de la hiérarchie militaire, et ce fut sans doute cette façon de lutter contre moi-même qui attira le destin.

Nul n'a compris à l'époque pourquoi j'avais cessé de vieillir à vingt-huit ans, pourquoi j'ai pu enterrer mon frère cadet et même les enfants de celui-ci. On attribuait ce phénomène curieux à ma prétendue essence divine, qui me valait autant le mépris et la méfiance que l'adoration, la vérité cependant n'a été effleurée que par ma soeur préférée, Amiytis, qui sur ses vieux jours devint sénile et m'accusa d'être un démon immortel.

J'étais immortel, oui, et j'étais ce qui à l'époque se rapprochait le plus d'un démon. Aux yeux des Babyloniens, les hommes-loups étaient des revenants du monde d'Ereshkigal et venaient semer la désolation sur le monde... Pourtant c'est avec le sourire que j'ai accueilli celui qui a fait de moi ce que je suis, que j'ai accueilli sa morsure et sa chair à la fois. Nous nous sommes revus à quelques reprises, jusqu'à ce qu'il meure, tué par les citoyens qui lui imputaient la mort de plusieurs nouveaux-nés.

Ce ne fut guère une grande douleur, à vrai dire. Je connaissais à peine son nom et il avait seulement daigné m'enseigner quelques détails de ma nouvelle condition, j'ai mis près d'un siècle à maîtriser quelque peu ma transformation. Cela importait peu, j'étais noble et intouchable et j'avais déjà le don de sentir à qui il valait mieux m'allier, et j'ai vu des temps merveilleux s'écouler sur Babylone - je la vis devenir immense, fascinante, et les trois siècles d'existence que j'avais vécus à ce moment-là me parurent bien fades en comparaison de la grandeur de ma cité. Mais les choses ne demeurent jamais ainsi... Aussi je fus l'allié de Cyrus lorsqu'il envahit Babylone, puis celui d'Alexandre. Je n'ai jamais quitté la ville, me contentant de m'afficher comme une légende, un monstre sacré engendré par les Dieux. Plusieurs fois, ce jeu a failli me perdre, mais la ruse m'a toujours sorti de ces mauvais pas.

Ah... Alexandre. Il commit le crime de construire une nouvelle capitale, Séleucie, d'éloigner le pouvoir de Babylone. C'était la fin de mon rêve, c'était la fin de mes certitudes, je n'étais plus roitelet dans cette ville grandiose, j'étais un immortel en danger dans une cité qui allait se flétrir.

Babylone mourut, mais j'étais parti. Parti découvrir un monde que je n'avais jamais vu ni même envisagé, prisonnier que j'étais de ma propre cage, de ces murs imposants qui m'avaient toujours préservé. Plusieurs siècles s'écoulèrent, et l'Histoire suivait son cours sont mon regard extérieur, sans que j'en fisse réellement partie.

Et puis je finis par trouver Naripolis, par voir les lycans rassemblés sous l'égide du Kaiser, et par trouver la situation des plus confortables. J'offris mes services à la communauté, je me fis une place sans tarder, quitte à m'attirer la désapprobation. Mon ancienneté m'a valu des propositions pour rejoindre le conseil des chefs de meute, j'ai toujours refusé, préférant une vie assez solitaire au sein de la ville.

Je n'ai aucune motivation... Aucune vengeance à assouvir, aucun Dieu à servir.
Quant à mes buts, plus que jamais, ils sont obscurs, et je gage que vous serez surpris. »

_________________
Je dis le loup, car tous les loups ne sont pas de la même sorte ;
Il en est d'une humeur accorte, sans bruit, sans fiel et sans courroux, qui, familiers, complaisants et doux,
Suivent les jeunes demoiselles jusque dans les maisons, jusque dans les ruelles,
Mais hélas ! Qui ne sait que ces loups doucereux, de tous les loups sont les plus dangereux...

Charles Perrault
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ishtar Ereshkigal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ishtar Jezabel Amélia [Terminée]
» LA NEF D'ISHTAR
» Ishtar Hollens - FINI
» LA PORTE D'ISHTAR DE BABYLONE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Immortels :: Murmures dans la nuit :: Registre de parchemins :: Parchemins validés-