AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Carl de Biedenkopf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fais-moi mal !
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 31

MessageSujet: Carl de Biedenkopf   Ven 2 Mar - 12:48

Nom : De Biedenkopf

Prénom : Carl

Surnom(s) : Cilice ou Flagra (très rarement mais, on l’entend parfois)

Âge : 35 ans

Sexe : Homme

Race : Humain

Rang, emploi ou fonction : Moine pour l’instant, peut être inquisiteur… cela dépend du collège inquisitorial et de notre Père.

Blason, couleurs, emblème : celui de son ordre pour l’instant :

Spoiler:
 


Psychologie : Cet homme est un masochiste qui fait passer son plaisir de la douleur pour un zèle pieux d’ailleurs, pour donner du crédit à son personnage il passe pour un homme impitoyable et intransigeant concernant la doctrine catholique. Mais bien qu’en apparence un simple pervers dont le seul avenir est encordé à un pilier et purifié par l’autodafé, sa foi est profondément ancrée dans sa recherche de douleur physique. Même s’il serait faux de dire qu’il ne tire aucune satisfaction pulsionnelles de ses auto-flagellations, il faut comprendre qu’il abhorre son enveloppe charnelle qui n’est pour son âme qu’une chaire coercitive dans ce purgatoire terrestre. Sa souffrance physique est le chemin qui le mènera à la droite du Très-Haut le jour de son jugement particulier.
A la base, c’est un homme chaleureux et bon vivant mais, la rencontre avec Dieu n’a pas pris les formes enjôleresse que l’on peut imaginer. Il s’est peu à peu endurci pour ne plus rien laisser paraître, certain jour plus dur que les autres où sa nature joyeuse tend à l’envahir, il se montre plus impitoyable avec lui-même et aussi avec les autres.

Physique : D’une corpulence normale aujourd’hui, bien que pendant longtemps il afficha un physique de bon vivant. C’est à grand coup de jeûnes et d’autres privations qu’il matraquât sa nature de vil ripailleur et que son corps se métamorphosa. Les chaires de son dos, de ses épaules et du haut de ses fesses sont mortifiées, scarifiées ; trace de ses flagellations hebdomadaires au « flagra » romain. Sur une de ses cuisses, il arbore un cilice qu’il serre selon son excitation et de sa ferveur du moment, mais arrive à justifier cela par un relâchement de sa foi en Dieu dont il veut se punir ; sur l’autre de ces cuisse il porte les stigmates sanguinolents des crocs métalliques, objet de sa jouissance ; il alterne environ toutes les deux heures.

Arme(s) : Peut-être celle des inquisiteurs, s’il est retenu par le collège inquisitorial.

Signe particulier : De part son enfance et une partie de sa vie au sein du Saint Empire Germanique, il conserve un accent fort et guttural. Il parle tout de même le français et le latin (seules langues admises au monastère Cirstercien où il vivait dorénavant) de manière fluide, qu'il se plait à rythmer par certains mots de sa langue natale.
Ensuite, il ne dort jamais que dans des endroits rustres et sobres qui lui rappellent sa cellule de moine. Il déteste tout ce qui n’est pas conforme au sacerdoce du Christ et plus précisément à l’ordre bénédictin, même si certaines entorses lui sont supportables. Il conserve toujours son cilice autour d’une de ses cuisses et dans transporte souvent son flagra dans ses affaires. Dans celles-ci, on pourra toujours trouver deux ouvrages phares pour lui : une copie du "Vulgate" et un exemplaire de "Humani Generis" qu’il griffonne pour y apporter des éclaircissements ou des ajouts.

Ce que vous avez sur vous : une robe de bure, un cilice autour d’une de ses cuisses, un flagra qu'il dissimule dans ses affaires (même si tout le monastère savait qu'il en possédait un et n'était pas dupe sur l'utilisation qu'il en faisait), deux ouvrages un "Vulgate" et un "Humani Generis".

Ce que vous savez des autres personnages : Pas encore accepté par l’ordre inquisiteur et de fait ne sait rien de personne mise à part que le tribunal inquisiteur aurait accepté certains templiers lors de l’éclatement l’ordre. Mise à part les quelques noms et les rumeurs fumeuses qu’il a entendu dans les couloirs venteux du monastère Cistercien, il ne sait rien. L'exemple le plus absurde qu'il lui eut été donné d'entendre est cette histoire selon laquelle certains anciens templiers auraient la force de 10 hommes et capable de combattre les créatures de la nuit... Oui bien sûr que le sabbat et les sorcières existaient et il en a vu partir plus d'une par le feu mais, il s'agissait surtout d'exemples pour tenir la peuplade. Quand serait-il de notre monde si les gueux étaient livrés à eux même, sans éducation ni personne pour les guider? "A votre avis qu'advient-il d'un chien sans un maître? Il devient fou et mord le premier venu en lui transmettant la rage, après il faut abattre l'animal." se souvient-il dire à ses frères, et de rajouter de plus belle : "Mais sérieusement, les créatures de la nuit? Immortels, vampires et loup-garou? Vous riez de moi, êtes-vous à ce point naïf?"

Histoire : Jeune, Carl avait une voix d’or et faisait partie des chœurs d’une petite église de Biedenkopf. Au courant de la situation financière de la famille, un des vicaires avisa le curé de la paroisse qui en référa à l’évêque du diocèse. Comme pour l’administration laïque, celle ecclésiastique est une vieille dame qui n’aime pas à être bousculée et tous veille à cette tranquillité, conseillers épiscopaliens, pastoral, diacres, prêtres du collège presbytéral… Quoi qu’il en soit, le temps que la décision fut prise le petit était devenu un jeune adolescent à la voix incertaine et trouble. La paroisse fit tout de même l’acquisition du jeune pour une bouchée de pain ; à défaut de briller par sa voix, ce sont les sols et les boiseries de l’église qu’il fera briller.
Quelques années plus tard il fut ordonné moine et partit dans la campagne du Saint Empire Germanique travailler parmi les moines trappistes d’une petite abbaye. Bien qu’au cœur d’un empire profondément religieux, la petite abbaye échappait à la rigueur de la vie monacale d’ordinaire exigée en échange de ce délectable breuvage de malt et de houblon. Habituer à une vie assez stricte sa joie de vivre éclata et il se laissa aller à ses ripailles bien arrosées.
Après une dizaine d’années à dévier de la route pieuse de l’Eglise, l’Abbaye fit l’objet d’une attention ardente et vengeresse de la jeune administration diocésaine nouvellement ordonnée. Les moines furent dispersés aux quatre coins du Saint Empire mais, les moins chanceux partirent pour la France. Il s’agissait un monastère de l’Ordo cisterciensis très réputé pour sa sévérité et ses châtiments (ordre d’influence bénédictine) concernant ces hommes de Dieu qui se sont égarés en chemin. Je ne ferais pas étalage des sévices endurés mais, le frère Carl fut brisé. Les circonstances de son changements radical est une zone sombre que son esprit a eu vite fait de refouler car, très douloureux. Tout de même, il sorti la tête haute de ces épreuves et faisait dorénavant preuve d’un zèle particulièrement apprécié par le père supérieur. Il évolua dans son élévation spirituelle et religieuse et fini par recevoir le sacerdoce, une porte qui assurera, il l’espère, son accession à l’ordre saint, bien que jeune, des inquisiteurs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tornade Blanche - Fait peur aux grands méchants loups
avatar

Messages : 1006
Date d'inscription : 12/12/2011
Compte principal : La Petite Fille

Essences vitales
Âge: Une dizaine d'années
Rôle: Petite fille

MessageSujet: Re: Carl de Biedenkopf   Ven 2 Mar - 18:22

Personnage validé



Toi qui ne vis que par la souffrance, sans doute auras-tu bientôt l'occasion de la connaître, pire que ce que tu imaginais... Prends garde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanity.cultureforum.net
 

Carl de Biedenkopf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Carl Brouard: le protocole du buveur
» Aprés Michaelle Jean à Ottawa voila Carl-Alex Ridoré à Friboug
» Carl Friedrich Lessing (1808 - 1880)
» Carl Dorelien coupable de crimes contre l'humanite aux USA
» Carl Carmoni

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Immortels :: Murmures dans la nuit :: Registre de parchemins :: Loin du soleil-