AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Monseigneur Kassandra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chienne de vie
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 24

Essences vitales
Âge: la trentaine
Rôle: Main du Nord

MessageSujet: Monseigneur Kassandra   Sam 7 Avr - 9:32

Nom : Kassandra
Prénom : Séléné
Surnom(s) : Peu de gens connaissent son prénom. Et beaucoup ne font pas le lien lorsqu’ils l’entendent. La plupart le nomment Monseigneur Kassandra.
Âge :
- apparent : peut-être légèrement plus jeune
- réel : la trentaine
Sexe : Homme
Race : Il se croit (et le clame) humain. Il ignore qu’en vérité, il est un demi-lycanthrope.
Rang, emploi ou fonction : Inquisiteur, Main du Nord
Opinions politiques : Difficile d’en juger car si au premier abord, c’est un soldat de Dieu comme les autres, quelque chose d’autre se cache sous ses silences. Sa loyauté va (dans l’ordre croissant de ses préférences) au Grand Inquisiteur, à l’Eglise, à lui-même.
Blason, couleurs, emblème : Il a pour emblème la Lune Pleine (argent sur champ de sable).

Physique : Albinos. C’est sans doute le premier mot qui vient à l’esprit quand on le croise. Séléné porte bien son nom, le même que celui de la déesse grecque de la nuit, car il semble irrévocablement lié à la lune. Sa peau blafarde, ses yeux gris perle en amande, ses longs cheveux blonds pâles : il a le type scandinave, d’un homme de l’Est, avec une pointe d’exotisme dans le regard, seul héritage légué par sa mère alors qu’il se fait le miroir de ce père inconnu. De silhouette et de visage banales, il pourrait passer inaperçu s’il n’était empreint de cette blancheur. Ses traits sont fins voire encore un peu enfantins, son nez droit, ses pommettes hautes et saillantes, son menton volontaire et ses lèvres pleines. Des lèvres qui s’étirent en un sourire amusé ou en un rictus cruel si facilement. Svelte, sa stature n’impressionne guère, il est même légèrement plus petit que la moyenne mais compense sa maigreur par une vivacité et une souplesse étonnantes.
Psychologie : Séléné a appris à s’élever seul et donne difficilement sa confiance. Il est intransigeant, se montre un peu trop sûr de lui et son arrogance est tout bonnement insupportable à ce qu’on dit. Il fait preuve d’un grand sang-froid, rien ne semble pouvoir le déstabiliser derrière sa façade cynique. Il pourrait presque (presque est un mot important) passer pour être inoffensif. Pourtant, on ne peut s’empêcher de le redouter. On craint ses accès de colère, cette rage sauvage qui n’attend qu’un mot ou un geste déplacé pour éclater, surgissant sans prévenir. Séléné est indéniablement ambitieux, retors et prêt à tout pour accomplir son idéal et sa mission. Ses idées jugées originales, lorsqu’il lui prend l’envie de les exprimer, montrent à quel point il se sent profondément différent. C’est un être solitaire, il en souffre mais refusera toujours de le montrer, préférant faire peur plutôt que d’être aimé. Avouer ses faiblesses reviendrait à se tuer. Derrière ce masque froid et implacable se cache encore le petit garçon abandonné qui rêve d’un monde où la lune ne le narguera plus. Autre point important, il ne comprend pas l’humour ou du moins n’y réagit pas. Pourtant il sait rire !

Arme(s) : Sa frêle silhouette enveloppée dans un grand manteau noir sous-entend qu’il cache quantité d’armes. Faux, lui-même ne possède que deux dagues, une dissimulée dans chaque botte (car il se sait prudent, même si cela a fait rire plus d’un chevalier car les dagues sont considérées comme des armes de femmes ou d’assassins et non celles d’un soldat de Dieu) et une épée, pour faire plus traditionnel, battant sa hanche.
Signe particulier : Il est atteint d'une maladie terrible qui le voit affaibli selon les cycles de la lune. À la pleine lune, il déborde d'énergie et d'entrain, puis à mesure que l'astre nocturne décroit, il perd en force et en enthousiasme, pour finalement passer la nouvelle lune alité et gravement dépressif. Ceci est la marque de sa race mais il l'ignore.
Ce que vous avez sur vous : Les couleurs sombres des vêtements traditionnels des Inquisiteurs, il adore ça car cela contraste étonnamment avec sa pâleur – comme la lumière à travers les ténèbres, lui arrive-t-il de penser quand son ego devient encombrant. Même si peu impressionnant physiquement...
Ce que vous savez des autres personnages : Il est le demi-frère de Hécate Kassandra, la sorcière folle d’Azranum. Il ignore tout de ce qu’elle est devenue mais la soupçonne grandement d’être encore en vie et devenue une sorcière avérée pour mieux espérer la chasser. Il la poursuit de sa haine.
William de Loveley dit le Cygne est une sorte de rival avec lequel il entretient des relations courtoises mais méfiantes.
Il connait également Ishtar Ereshkigal, un lycanthrope qu’il nomme l’Oriental faute de connaître son vrai nom et avec lequel il entretient des rapports assez étranges, oscillant entre amitié tacite et haine tenace.

Histoire :

Imaginez trouver votre vie dans un jeu de cartes. Guidé par la main d’une cartomancienne, qui manie la taromancie comme on manie une épée. Un Fou, pour qui est porté par plus grand que soi. La Lune, qui attire et repousse, que l’on ne cesse de désirer malgré soi. La Roue de Fortune, qui au final, nous écrase tous. Le Pendu, qui devra choisir un jour qui il est et ce qu’il fera. La Justice, équilibre parfait qui châtie tous ceux qui s’en éloignent. Les autres cartes se perdent et s’envolent. L’éclat argenté d’une lame tranche leurs pouvoirs et leur maîtresse tombe sur un cri muet. Nul n’a le droit de vous rappeler qui vous êtes. D’autant plus que ces cartes tirées par la gitane n’ont pas de sens à vos yeux.

Une ombre furtive quitte la roulotte, l’épée à la main et le soleil ne peut s’empêcher de marquer sa blondeur presque trop pâle. Le loup parmi les hommes, le chien parmi les immortels, voilà ce que vous êtes.

Voilà qui je suis.


Né de parents grecs, dans la grande famille des gitans parcourant l’Europe, Séléné Kassandra, qui devait son nom à la lune tant haïe, comprit très vite qu’il n’était pas aimé. Son père l’évitait, le rudoyait, comme s’il n’était qu’un imbécile et un incapable. Dans les yeux de sa mère lorsqu’elle le regardait, s’attardaient le chagrin et le dégoût, bien qu’elle essayât de le cacher. Quant à sa sœur aînée, Hécate, elle lui reprochait son apparence et sa différence. Séléné était plus blanc que la neige, tout en lui criait qu’il n’était pas le fils de son père. Son véritable géniteur avait été un homme de l’Est, un troubadour itinérant et solitaire. Un lycanthrope même. Et avant que quiconque n’ait vent de sa vraie nature, il s’en était allé, en laissant toutefois un souvenir impérissable à son amante. Séléné comprit sans qu’on le lui dise. Et comme si cela ne suffisait pas, la lune agissait comme une malédiction sur lui. C’était dans ces moments-là qu’il regrettait de n’être pas un gitan comme les autres. Mais quand l’astre nocturne redevenait plein, la colère et la rancœur reprenaient le dessus. Une nuit de trop, il décida de brûler son passé, de peut-être mourir avec lui. Le camp s’embrasa et le ciel accueillit cris et pleurs tandis que tout partait en fumée. Hécate apparut alors. Toute la haine refoulée de Séléné explosa dans son cœur et il se rua sur elle. Le feu mangea le visage de sa demi-sœur et, incapable d’achever ce qu’il avait commencé, il s’enfuit.

Il vivota de petits larcins dans les plus proches villages, en Lombardie (Italie du Nord) alors assujettie au Saint Empire romain germanique, se cachant dans les bois et les granges et fut chassé à plusieurs reprises. Puis l’hiver vint, rude et glacial. Il crut qu’il n’y survivrait pas et finit par s’écrouler contre les murs d’un monastère, transi de froid, prêt à glisser dans un sommeil mortel. Ce furent là que les moines de l’Ordre mendiant des Franciscains le trouvèrent dans la soirée. Ils l’emportèrent, le soignèrent et le nourrirent. Ils lui parlèrent de Dieu et de son pardon. Séléné connaissait ce Dieu mais il n’y avait jamais prêté attention. Mais ce jour-là, il voulut croire en lui. Dieux l’avait-Il sauvé ? Il devint novice, apprit le latin et la Bible, à vivre de peu de choses et à taire son passé. Cette vie lui convenait car elle endormait son esprit, avec toute sa haine et sa colère. Il en avait oublié de chercher quelles étaient ses origines, pourquoi la maladie le poursuivait, ce qu’était devenu sa demi-sœur, jusqu’à ce que Dieu amenât, quelques années plus tard, un Inquisiteur et son escorte dans la région. Ils s’arrêtèrent au monastère et les Franciscains lui offrirent le gîte et le couvert. Ce soldat de Dieu, ce Chevalier Godefroy intrigua Séléné au plus haut point. L’Inquisiteur s’entretint un soir avec l’abbé alors que le jeune moine les épiait dans l’embrasure de la porte. Séléné ne comprit pas tout mais cela parlait d’une expédition au nom du Seigneur. La curiosité le titilla et il fut exaucé car l’abbé le découvrit et le présenta à l’Anglais. S’en suivit une discussion brève ou chacun jaugea l’autre. L’homme d’armes convainquit le père abbé d’emmener Séléné avec lui, pour le former au besoin et pouvoir confesser les populations en chemin.

Ainsi, la fameuse expédition menée par Sir Godefroy partit pour l’Irlande, au cœur d’une région forestière et encore teintée de paganisme selon les rumeurs. Un petit village avait attiré l’attention du Saint Office là-bas. La mission dura presque six mois. La mort était au bout de ce voyage. Seuls Séléné et le Chevalier en revinrent vivants mais non indemnes : si le second était blessé physiquement, le jeune Franciscain en resta traumatisé. Ce fut la première, et non la dernière depuis, qu’il vit l’envers du décor, qu’il apprit l’existence des créatures de la nuit. Aucun des deux survivants ne parla de cette mission, seul le Grand Inquisiteur fut mis au courant de son succès. Pour tous les autres et le reste du monde, ce qu’il s’était déroulé là-bas, dans ce village perdu d’Irlande, fut tus. Godefroy s’était pris d’affection pour Séléné et en avait fait son écuyer, le familiarisant avec l’Inquisition. Et au départ sans adieu du Chevalier anglais, Monseigneur Kassandra venait d’être adoubé au sein du Saint Office. Il monta rapidement en grade et la place de Main du Nord lui fut choisie. Séléné était parvenu au sommet, ou presque, tout en conservant une liberté d’esprit qui lui valait parfois des regards noirs et des commentaires railleurs mais surtout, il avait l’impression d’avoir été pardonné, que Dieu l’avait sauvé à dessein. Et il se devait de mener à bien sa nouvelle mission, quitte à poursuivre de sa haine et être consumé par elle sa demi-sœur Hécate et toutes les autres créatures de la nuit qui rôdaient.

_________________
Serment:
 



Dernière édition par Séléné Kassandra le Mer 18 Avr - 17:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://telmarien.xooit.com/index.php
Tornade Blanche - Fait peur aux grands méchants loups
avatar

Messages : 1006
Date d'inscription : 12/12/2011
Compte principal : La Petite Fille

Essences vitales
Âge: Une dizaine d'années
Rôle: Petite fille

MessageSujet: Re: Monseigneur Kassandra   Mer 18 Avr - 8:51

Personnage validé



Tu cherches le pardon de Dieu et pourtant tu hais si fort, Enfant de la Lune. Lequel des deux te consumera le premier ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanity.cultureforum.net
 

Monseigneur Kassandra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bureau de la Diaconesse Kassandra Von Wittelsbach [ouvert à toutes et tous]
» Après la tempête | Kassandra
» Remords | Kassandra
» [Mariage - R] Kassandra Von Wittelsbach et Gregwar Du Champs Frisé
» Grande présentation de Monseigneur moi même.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Immortels :: Murmures dans la nuit :: Registre de parchemins :: Parchemins validés-