AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hécate Kassandra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Trop chère pour toi
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 13/12/2011
Compte principal : La Petite Fille

Essences vitales
Âge: 40 ans
Rôle: Voyante - Membre de la Guilde

MessageSujet: Hécate Kassandra   Mer 14 Déc - 11:38

Nom : Kassandra
Prénom : Hécate
Surnom(s) : l'Oeil
Âge : la quarantaine
Sexe : Femme
Race : Sorcière
Rang, emploi ou fonction : Membre de la Guilde
Opinions politiques : Dévouée à sa ville
Blason, couleurs, emblème : Son sceau est un oeil grand ouvert

Physique :
Dents. De grandes dents blanches, des dents qui rayent le parquet, des dents blanches, très blanches. Des dents. Elle les montre, elle les soigne, elle les vérifie sans cesse, dans une obsession de ses dents un peu terrifiante.
Corps. Un beau corps, assurément, que l'âge a terni sans le détruire, un corps qui jadis pouvait sans doute être qualifié de parfait. Bien sûr, le temps passe. Il fait tomber les chairs et les ride, les flétrit. Son corps, malgré tout, est beau. Désirable. Paré de voiles, de plumes, de bijoux, de robes extraordinaires qui le mettent en valeur et surtout reflètent la richesse de leur propriétaire, il évolue avec grâce, sensualité, il invite au désir.
Bouche. Rouge, écrin sanglant pour les dents.
Visage. Invisible, le visage, toujours invisible sous des masques extravagants. Défiguré, en-dessous, du moins en est-elle persuadée. Elle se voit le visage brûlé, dévoré de marques atroces, peut-être même borgne. La vérité sous le masque, il n'y a que deux personnes à la connaître.
Psychologie :
La femme sans visage est double.
Il y a le visage calme, le visage sage, un peu froid, un peu hautain, qui sait détenir une grande sagesse et de grands pouvoirs. Ce visage-là est celui d'une femme raisonnable, qui pèse toutes ses actions en fonction du prix qu'elles lui coûteront, qui ne donnera jamais rien si elle ne reçoit pas le double en retour, dont l'intelligence est bien mal utilisée dans des magouilles et des manipulations destinées à la rendre riche. Outre ce léger défaut de vénalité, Kassandra peut se montrer relativement sympathique, peut-être un peu trop franche, cassante, mais néanmoins amie loyale et sincère. Elle est prête à aider n'importe qui pourvu que cela ne lui demande aucune compensation financière.
Et puis il y a l'autre visage.
Le visage dévoré de folie et de crises démentielles, le visage rongé et torturé, celui qui aimerait être autre. Le visage de celle que sa propre laideur a rendue malade et qui, durant des années, n'a pas supporté de voir une belle femme sans vouloir lui arracher ses traits. Les potions de ses collègues sorciers l'apaisent un peu, ses crises s'espacent, malgré tout il lui arrive encore d'attaquer des femmes dans la rue, de chercher à les défigurer, ou parfois de tenter de s'arracher elle-même la peau. La folie qui la déchire, elle en est consciente et cela est probablement le plus grand drame de sa vie.

Arme(s) : elle considère n'en avoir pas besoin. Ses sorts et sa prescience lui suffisent. Quand elle est en territoire inconnu, cependant, elle garde une dague à la ceinture.
Pouvoirs : sa spécialité est la voyance, en laquelle elle excelle. Taromancie, chiromancie, oniromancie, elle lit dans le thé, les taches d'encre, elle interprète les augures et les messages, elle sait tout faire. Évidemment, elle le fait d'autant mieux qu'on la paie bien.
Signe particulier : Elle porte toujours un masque.
Ce que vous avez sur vous : De grandes robes sombres, une cape qui la dissimule entièrement et, bien sûr, son masque.
Ce que vous savez des autres personnages :
Conflictuelles, bien sûr, étant donné son caractère. Ses confrères sorciers ont appris cependant à l'apprécier et lui fournissent quelques potions qui la maintiennent dans un état de calme relatif. C'est ainsi qu'elle a rencontré Mael et Galswinthe, les deux autres maîtres de la jeune sorcière Amarante, et les autres sorciers d'Azranum. Petit à petit, ils se fédèrent en guilde et Hécate en est heureuse, elle aimerait l'unité parmi les sorciers. Si certains de ceux-ci sont pacifiques, Kassandra ne l'est guère : elle désire la destruction de l'Inquisition et n'apprécie que très moyennement les vampires. Les lycanthropes lui sont un peu plus sympathiques mais elle ne se défend pas d'un certain racisme.


Histoire :
Un homme, une femme, un enfant. L'enfance est douce, elle est belle, à travers champs, entre les roulottes, au coin d'un feu. Elle rit beaucoup. Elle a des amis. Sa mère danse, elle dit la bonne aventure dans sa boule de cristal. Son père joue du violon. Il a des mains calleuses, noueuses, parfois ça lui fait peur. Elle imagine la main du père levée contre elle, parce qu'elle a péché, parce qu'elle n'est pas comme eux. Elle sait qu'elle rêve. Le père est doux, souriant, il chante d'une voix grave avec beaucoup de douceur.

La mère attend un enfant. Un frère pour Hécate. Le père est mécontent, elle ne sait pas pourquoi, et la mère ne danse plus. Elle pleure beaucoup. Puis l'enfant vient, sa peau est claire, ses yeux, ses cheveux, tout est clair, comme chez ce troubadour de l'Est qui s'est arrêté dans leur village. Il parlait beaucoup avec la mère, ils riaient ensemble, et le père sait très bien jusqu'où ils sont allés. Le troubadour a disparu, il a repris la route comme le font tous les troubadours, laissant derrière lui un ventre rond et un mari furieux. C'est la fin du bonheur.

L'enfant naît et grandit, entouré par les gitans, par cette famille qui n'arrive pas à l'accepter. Il est trop différent, trop blond, et il a cette maladie qui le terrasse à la nouvelle lune. Même sa sœur aînée le rejette. Alors, il se met en colère. La haine et le mépris le rendent fou, pendant des années, dans l'ombre, en silence, il prépare sa vengeance. La vengeance du faux gitan sur la tribu qui n'a pas su l'accepter et encore moins l'aimer. Il regarde sans un bruit le père frapper la mère, parce qu'elle a péché, il regarde sans parler la sœur réconforter la mère, il regarde sans mot dire l'homme qui le hait. Plusieurs fois, il a surpris dans son regard la lueur du meurtre.

Et il a souri.

Les flammes s'élèvent sur le camp. Elle se tient à l'écart, les yeux mi-clos, son châle serré sur elle. Elle savait que ça arriverait, qu'une nuit viendrait où le feu ravagerait son enfance et que son frère en serait la cause. Elle n'a prévenu personne, car elle n'a pas le droit d'intervenir, elle s'est contentée de sortir, de quitter le camp en silence. Elle a regardé en fredonnant le camp ravagé, ses anciens compagnons tués dans leur sommeil par l'incendie, leurs cendres dispersées par le vent. Elle savait ce qui se passerait. Elle l'a vu. Elle l'a vu depuis longtemps.

Il vient vers elle, ses cheveux longs lâchés, ses yeux gris qui se fixent sur elle. Il est en colère. Il veut la frapper, il cherche à la détruire, elle se défend. La bataille la laisse blessée au visage, elle se croit défigurée à vie, elle qui n'a jamais vu de miroir et pourtant se sait belle ; sa rage menace de détruire son frère, il fuit avant qu'elle ne puisse l'achever. L'enfant de la lune a disparu avec son visage d'argent, il ne reste plus que sa sœur, celle qui partage la moitié de son sang, et qui désormais est seule.

Elle parvient à la ville la plus proche et y reçoit des soins, personne ne lui dit l'état de son visage, elle refuse les miroirs. C'est le début de la folie, peut-être, à moins qu'elle n'ait commencé plus tôt, lorsque futur et présent se sont emmêlés jusqu'à ne plus se distinguer qu'en de trop rares cas. Elle commence à porter le masque, elle offre ses services de voyante aux gens qui passent, elle récupère de l'argent en retour et vite, elle comprend ce que l'argent vaut. Elle se met à l'aimer, à l'adorer, elle le garde près de son cœur et n'en dépense jamais un centime. Elle joue la miséreuse pour qu'on la prenne en pitié, elle s'affame pour être plus maigre, elle s'arrache les cheveux et donne l'impression d'être la courageuse enfant détruite qui se bat pour survivre. Le subterfuge fonctionne, elle gagne sa vie, elle gagne tant qu'elle ne peut plus le cacher. Tous se détournent d'elle, elle ne reçoit plus d'aide, elle enrage au point d'exploser et d'agresser les premières filles.

On la retient, bien sûr, elle est chassée du village, emmenée dans des terres plus lointaines et laissée à elle-même, tout son argent lui est enlevé. Elle sait que c'est mérité, qu'elle a mal joué son jeu. Alors, dans la ville suivante, elle recommence, elle amasse une fortune et cette-fois, lui trouve une bonne cachette, se plaint de vols et d'agressions, pour elle qui vit dans la rue, on lui donne plus, la comédie de la maigrichonne reprend.

Alors elle le rencontre. Il s'appelle Sinan Suleyman, c'est un homme du Sud et il la trouve pitoyable, il trouve que son petit jeu est une idiotie, il la provoque en duel et la bat avec une facilité terrifiante. Elle sait qu'elle ne vaut rien. Elle le sait très bien, et elle savait qu'il viendrait à elle, elle savait qu'elle aurait l'occasion de combattre son maître avant de devenir son élève. Pendant près de dix ans, elle sillonne le monde avec Sinan, elle apprend, elle se cultive, elle gagne de cet argent qu'elle adore trop pour son propre bien. Ce dernier vice, il ne parvient à lui ôter, non plus qu'il ne peut combattre sa folie. Il l'isole des belles femmes, il l'emmène surtout dans ces pays où elles se voilent intégralement, pour la préserver. Rien en fonctionne, elle finit toujours couverte de sang, à devoir fuir à travers le monde.

Il finit par l'abandonner à Azranum, à la délaisser, lui intimant l'ordre de se racheter. Il reviendra la voir, elle le sait, sans réussir à démêler dans la trame du destin la date exacte de ce jour béni. Elle se pense seule, elle recommence son jeu de la maigrichonne, mais elle n'est plus une enfant et cela ne prend plus. Il en faut plus pour toucher le cœur des tueurs et des mercenaires. Encore une fois, c'est un sorcier qui la trouve, deux sorciers en vérité ; Mael et Galswinthe. Ils la secouent, la force à réagir, l'obligent à travailler son don et à gagner de l'argent d'une manière plus honnête. Elle s'établit comme voyante, devient riche, commence à se croire heureuse. Et puis il y a ces filles. Un groupe de filles, toutes plus jolies les unes que les autres, qui gloussent en exposant leurs avantageux décolletés à un homme de passage.

Les sorciers ont dissimulé le crime de leur sœur, les filles blessées ont dit n'avoir jamais vu Kassandra lorsqu'elle leur a été présentée. Hécate a accepté un traitement, a accepté de chercher véritablement à se racheter. Le chemin est long vers la rédemption et elle a l'impression qu'elle ne l'atteindra jamais, malgré tout, elle ne peut s'empêcher d'essayer, dans l'espoir de revoir son maître et de trouver la vie normale à laquelle elle aspire malgré elle. Elle s'accroche à ce qu'elle trouve, à l'amitié de Mael, à cette élève qu'elle a prise pour retrouver ce sentiment d'ensemble parfait qu'elle avait avec Sinan, sans jamais y parvenir. Amarante est plus proche de Mael que d'elle, elle le sent bien, elle est dévorée de jalousie. Elle aurait voulu garder l'élève pour elle toute seule, sa richesse, à elle ; elle sait très bien qu'elle ne le peut.

Sans cesse, elle lutte contre elle-même, contre ses pulsions et ses instincts. La nuit, elle rêve de retrouver celui qui l'a sauvée le premier ; le jour, elle pense parfois à ce frère lunaire qu'elle a perdu depuis si longtemps. Où est-il, Séléné Kassandra, le fils qui n'a jamais été aimé ? Qu'est-il devenu, dans les méandres de ce temps qui ne cesse de jouer des tours à ceux qui pensent le deviner ? Elle cherche les réponses, elle combat le démon en elle, elle espère. Elle espère de cet espoir qui se tapit au fond de la boîte de Pandore...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Hécate Kassandra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bureau de la Diaconesse Kassandra Von Wittelsbach [ouvert à toutes et tous]
» Après la tempête | Kassandra
» Hécate, Déesse des Ombres
» Remords | Kassandra
» [Mariage - R] Kassandra Von Wittelsbach et Gregwar Du Champs Frisé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Immortels :: Murmures dans la nuit :: Registre de parchemins :: Parchemins validés-