AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Magnus Alexander

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Attention aux chandelles ! - L'homme landau
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 10/11/2012
Age : 28
Compte principal : Magnus Alexander

MessageSujet: Magnus Alexander    Dim 11 Nov - 13:02

Nom : Alexander
Prénom : Magnus
Surnom(s) : Le Borgne, ou Mag' le Borgne, bien que ça manque cruellement d'originalité.
Âge :
- apparent : La trentaine bien sonnée
- réel : 27 ans, né en automne 1425.
Sexe : Masculin
Race : Sorcier
Rang, emploi ou fonction : Contrebandier au service de la Guilde
Opinions politiques : Loyal défenseur de la Cité
Blason, couleurs, emblème : De gueules à la flamme d'or.
Thème musical : http://www.youtube.com/watch?v=-f8V1QSf7yg

Physique :

Impossible de louper Magnus, même dans une foule dense. Parce que déjà, c'est pas un nain. Ni une asperge, d'ailleurs. Grand, massif, Magnus est un gars qu'on entend arriver, ne serait-ce que parce qu'il ne sait pas marcher doucement. Allez essayer de vous la jouer patte de velours quand vous êtes un demi-géant d'une centaine de kilos. Vous voyez, là ? Le pire là-dedans, c'est qu'on n'exagère pas tant que ça : 1m86, pour plus de 95kg de muscles. Il ne s'est jamais pesé très précisément, cela dit. Pas qu'il s'en fiche mais... non, il n'en a carrément rien à foutre. Chacun ses priorités.

Mais revenons à son portrait. Au-delà de sa carrure pas forcément habituelle, il y a bien sûr autre chose qui marque dès le premier regard. Son regard justement. Marron foncé, perçant et... unique. Magnus est borgne depuis quelques années, suite à une malheureuse altercation dont on reparlera ailleurs. Il porte depuis ce temps un cache-oeil sur sa blessure. Il avait émis l'idée de ne rien porter, laissant la liberté aux autres de regarder son visage – et surtout, de détourner les yeux – mais il était revenu sur sa décision. C'était quand même pas terrible pour draguer. Les filles aiment les blessures de guerre, ça fait viril, mais c'est pas la même chose de les regarder en face.

Pour le reste, Magnus est un mec normal. C'est logique, une fois qu'on décide de parler d'autre chose que de ses petites particularités qui font ce qu'il est. Ses cheveux sont bruns et ondulés, comme s'ils s'étaient mis d'accord pour taper dans la banalité la plus affligeante. Il aurait sûrement eu plus de cachet, plus d'impact s'ils avaient été totalement raides, ou bien frisés. Ou alors noirs comme les plumes d'un corbeau. Non, là ils ondulent paresseusement sur ses oreilles et ses épaules, et sont d'une couleur chocolat, qu'on n'avait d'ailleurs pas encore découvert. Donc techniquement, c'est couleur 'terre humide en hiver', mais là ça devient long. Parfois, on y apercevait un fugace éclair rougeoyant, une nuance rousse ou cuivrée, qui disparaissait aussitôt, sans qu'on se l'explique vraiment. C'est un sorcier, après tout. Il y a forcément des roux dans sa famille.

Il a – a eu – la peau pâle, et ce n'est que parce qu'il passait pas mal de temps à l'extérieur à faire Dieu-sait-quoi qu'elle avait fini par prendre quelques couleurs. Ca ne casse pas non plus trois pattes à un canard. Tout au plus, ça trahit la vie qu'il avait mené : un mec du Nord, né dans le froid, le Soleil bien planqué derrière une armée de nuages, qui avait été voir comment c'était le monde dehors. La couleur de sa peau n'est pas non plus le seul indice. Il y a bien sûr sa blessure, mais aussi ses cicatrices sur le torse – et ailleurs – qui témoignent des escarmouches auxquelles il avait survécu. Manifestement hein, vu qu'il est toujours vivant. Difficile de faire l'impasse aussi sur les cales de ses mains et de ses doigts. Oh oui, il manie l'épée, un peu. Le minimum. La dague aussi, vite fait. Et la hache surtout. En plus de ça, il a le pied marin. Manipuler les écoutes, ça vous fait des paumes en cuir.

Pour parfaire le tableau d'un homme aussi subtil et raffiné, il faut bien sûr parler de sa voix. Rauque, grave, même quand il parle à voix basse, il faut être dans une sacrée cohue pour ne pas l'entendre. C'est bien d'avoir une voix qui porte lorsqu'on beugle des ordres sur un navire, mais quand il s'agit d'être discret, on repassera. Du coup, c'est simple, Magnus a abandonné l'idée de faire dans la dentelle.

Psychologie :

Hmm, quand on y pense, non. Magnus n'est pas très psychologue. Il a d'autres qualités, cela dit. C'est un homme, un vrai, avec les poils et la testostérone, ce qui fait que parfois, il oublie un peu de penser. Attention, je n'ai pas dit qu'il était stupide : sur un champ de bataille, ou en mer, il sait utiliser son cerveau, et fait parfois des miracles avec. Mais faudra pas lui demander de monter des plans un peu trop élaborés, ou de penser au troisième coup de l'adversaire alors qu'il n'a même pas encore joué. C'est un gars qui fonctionne à l'instinct. Autant dire que si vous jouer au menteur avec lui, vous risquez de perdre vos bottes, pour être poli. Cela dit, il n'a pas été jusqu'au grade de capitaine d'un navire, même tout petit comme le Lady Rose, sans savoir deux ou trois trucs vitaux. Il sait lire, écrire, compter. Bon, assez mal, et faut lui laisser le temps, mais c'est déjà plus que les pécores du coin.

En fait, Magnus est plus intelligent qu'on peut le croire. Disons que ce n'est pas parce qu'il ne sait pas expliquer les choses et en écrire un bouquin qu'il ne sait rien. Il sait faire et ressentir, c'est déjà beaucoup plus que certains. Il ne saura pas forcément pourquoi votre idée, votre musique, votre plan, votre tableau c'est de la merde, mais s'il y a un expert sous la main pour expliquer par a+b, vous verrez qu'il a rarement tort. Vaut mieux pour lui, d'ailleurs, car il ne se prive pas pour donner son avis, même quand on ne lui a pas demandé. Il n'est pas du genre à se taire, et à obéir aveuglément à des ordres. C'aurait été drôlement ironique, pour un borgne. Pour gagner le droit de se prendre pour meilleur que lui, faut déjà lui avoir prouvé qu'on était effectivement meilleur que lui, ce qui n'est pas une mince affaire, et lui montrer du respect. Magnus se fout qu'on l'aime, qu'on le haïsse ou qu'on le craigne, du moment qu'on le respecte. Il a beau avoir des allures de chien galeux, de bête assoiffée de sang, il ne supporte pas d'être traité comme de la merde. Foutez-vous de sa gueule, et c'est probablement la dernière chose que vous ferez de toute votre misérable vie.

Parce que, voyez-vous, Magnus n'est pas quelqu'un de très patient. Impulsif, il est du genre à cogner sans attendre si on le titille un peu trop là où il ne faut pas. Heureusement, il n'est pas susceptible à l'excès, mais c'est comme tout le monde, il y a des trucs qu'il ne vaut mieux pas lui faire remarquer. Ca dépend aussi de la personne qui lui parle. Parfois, avec certains – et certaines – ça ne passe pas du tout. C'est comme ça. C'est physique. Il y a des gens que Magnus n'aime pas, méprise, simplement parce que leur tronche ne lui revient pas. La faute à son intuition, sûrement. Du coup, il y a parfois des gens à qui il refuse de parler de choses importantes, juste parce qu'il a décidé – parce que son instinct a décidé pour lui – que ces gens n'étaient pas fiables. Sans aucune preuve. On n'a pas besoin de preuves quand on s'appelle Magnus.

Tout rageux qu'il puisse être, il n'est pas non plus un animal. Pas totalement. Bon, on évitera de parler de sa consommation effrayante d'alcool, de femmes – entre autres – et de haches, sinon vous douterez de cette affirmation. Mais il peut être un mec bien. Dans ses bons jours. Il n'est clairement pas fidèle en amour, ça c'est un fait, mais est-ce là la mesure étalon du degré de civilisation d'un homme ? Je ne pense pas. Par contre, il peut être fidèle à un homme, à une idée, à un concept. Il est loyal, aussi loyal qu'il peut être méfiant. Il doute des autres, autant que les autres pourraient douter de lui. C''est bien là le paradoxe : même s'il ne se laisse jamais faire, qu'il veut des garanties, et qu'il est une grande gueule qu'on a bien du mal à museler, Magnus est un gars sur qui on peut compter. Il ne donne jamais sa parole en l'air, et c'est parce qu'il agit ainsi qu'il sait que les autres n'en font peut-être pas autant. Il fera logiquement plutôt confiance à quelqu'un qui ne promet jamais rien qu'à quelqu'un qui ne tient pas ses promesses. En règle générale, Magnus se fie aux actes, et pas aux paroles.

Arme(s) :

Depuis tout jeune, Magnus sait se défendre. Parfois, c'est la vie qui vous force à vous endurcir, mais... même en temps de paix, Magnus aurait été un homme d'armes. Cela dit, pas n'importe lesquelles. Il sait manier une épée, de préférence à une main ou une main et demie, mais n'apprécie pas spécialement cette arme. Il en va de même pour la dague : c'est très bien, surtout pour les coups fourrés. Magnus ne fait jamais de coups fourrés – ou alors c'est rare et il se foire. Enfin, une dague peut toujours servir dans les endroits étriqués où une arme plus massive est inutilisable. Mais sa préférée, son amour de toujours, c'est une bonne hache. Pas forcément énorme, mais une hache, avec tout ce que ça a de subtil. Magnus, quoi.


Pouvoirs :


Magnus, bien qu'il soit un marin accompli, n'a de véritables affinités qu'avec le feu. C'est probablement du à son caractère profond, même s'il ne s'est jamais posé la question. Il se fiche bien de savoir d'où ça lui vient, tant qu'il peut s'en servir. C'est également pour ça qu'il aime à arborer son blason personnel, bien que relativement illégitime – il n'est pas noble pour deux sous : une flamme dorée, sur un fond rouge vif.

Qu'on s'entende bien là-dessus : Magnus ne peut pas créer la flamme, il ne peut qu'essayer de la contrôler. En réalité, on ne peut pas vraiment maîtriser le feu. Il risque toujours de nous échapper, de soudainement devenir indomptable. Magnus voit le feu comme une maîtresse particulièrement exigeante, qui demande un certain doigté et qu'on aura bien du mal à commander. La délaisser, c'est attiser sa colère. La forcer, c'est prendre le risque qu'elle explose.

Magnus n'a jamais été brûlé. Enfin, il n'en garde aucune trace. Il lui est déjà arrivé de se brûler, mais c'était il y a bien longtemps. Depuis quelques années, il a développé une grande résistance au feu et à la chaleur, et repousse sans cesse les limites de sa tolérance. En réalité, il arrive à se guérir de ses brûlures. Il lui faut du temps et... du « carburant », mais c'est bien de cela qu'il s'agit. Il ne s'en est pas encore aperçu, et quand bien même, il n'est pas tout à fait du genre à guérir les autres. Faut pas déconner non plus.

Cela ne lui demande pas de long rituel, pas de cercles mystérieux, pas de tatouages mystiques. Ca lui vient naturellement, comme une envie de pisser. Ce qui est parfois assez gênant d'ailleurs, surtout quand il est enfermé dans la cabine du Lady Rose, mais il arrive de mieux en mieux à se contrôler. Comme tout pouvoir, toute forme de magie, Magnus a besoin de faire don de quelque chose à sa « maîtresse », pour qu'elle consente à lui rendre service : du sang, le sien généralement – d'où les multiples coupures sur son avant-bras gauche – mais surtout, parce que c'est plus commode et plus agréable, du sexe. On peut ainsi dire que si Magnus court les jupons – et pas que – c'est pour la bonne cause.


Signe particulier :

Il lui manque un oeil et ça suffit en général à marquer les esprits. Mais outre le fait qu'il soit borgne, sa carrure exceptionnelle, sa voix peu discrète et son allure de brute épaisse sont autant de signes qu'on n'oublie pas.

Ce que vous avez sur vous :

Magnus n'a pas de vêtement fétiche, pas même une arme en particulier. Au niveau des couleurs, il a une préférence pour le rouge et le noir, avec des touches dorées rappelant ses armoiries. Il n'a rien non plus contre le bleu, le blanc ou le violet, mais évite le plus souvent les autres teintes.

Il porte une pierre rouge autour du cou, grossièrement attachée à un cordon de laine. Elle n'a rien de précieux, mais il l'aime bien : il l'a trouvée un jour, sur une plage, et a décidé de la porter. Il ne faut pas chercher plus loin.

Ce que vous savez des autres personnages :

Bien souvent houleuses, sauf pour les quelques personnes qui peuvent comprendre le fonctionnement interne profond de Magnus. Et ça ne court malheureusement pas les rues. Cela dit, à la Guilde, il se sent bien : on s'intéresse plus à ses talents de marin que de sorcier, et ça, ça le repose un peu.

Histoire :

Né en automne 1425 sur la côte galloise, au sein d'une famille de pêcheurs, il y a peu à dire de Magnus à cette époque-là. Ce n'est que lorsque son frère décida de partir se battre pour le Royaume, sans aucune garantie de retour – c'était pas des vacances quand même – que l'engrenage se mit en route dans sa tête. Edwin, son cher grand frère, avec qui il avait été réellement complice, l'abandonnait pour une raison futile. C'est à partir de ce moment-là qu'il a été difficile de faire entendre raison au jeune garçon, qui se mit à devenir de plus en plus sauvage.

A la différence d'Edwin, il se lança dans le maniement des armes non pas pour servir un roi dont il n'avait jamais vu le visage, mais pour lui-même, et pour défendre son petit bateau. Et aussi parce que... dans le fond de lui, il sentait qu'il était fait pour ça. Il était encore jeune, mais le vieux du village auprès duquel il avait insisté pour apprendre quelques passes le trouvait très bon et surtout, très malin. Le petit avait de bons réflexes, qui l'amèneraient sûrement loin. Cependant, ses parents désapprouvèrent, et tentèrent d'enfermer Magnus, de le punir en lui confiant des tâches ingrates. Tel un incendie étouffé, ce qui devait arriver arriva : il s'enfuit, et s'engagea sur le premier navire qui partait du port le plus proche.

C'est en nettoyant le pont du Faceless Ashes, un navire marchand irlandais, sous les insultes du quartier-maître que Magnus fit sa première grande traversée, et posa le pied dans le duché de Flandres. La vie de matelot était dure, mais il l'était bien plus encore : il continua son entraînement aux armes au sein de l'équipage, plus ou moins dans le dos du capitaine. A force de témérité, Magnus gagna le respect des hommes plus âgés du navire, jusqu'à ce que, mouillés à Dunkerque, ils ne se décident à faire de lui « un homme ». Pas directement, soyez rassurés, mais en louant les services d'une charmante créature du port. Inexpérimenté, Magnus ne fit pas de merveilles ce soir-là... Mais le lendemain, enfermé dans la cale du Faceless Ashes qui venait de prendre la mer, sous les taquineries gênantes de l'équipage, il fit littéralement exploser les chandelles.

Le Faceless Ashes sombra cette nuit-là, au large de la côte d'Opale, en proie aux flammes. Quelle ironie, n'est-ce pas ? Quelques membres de l'équipage, dont Magnus, s'en sortirent vivants, échoués sur la plage. Conscient de ce qu'il avait fait, et n'ayant pas vraiment envie de voir arriver les représailles, Magnus s'enfuit à travers le pays. Au fin fond d'une forêt, après plusieurs jours de marche sans manger, il se résolut à demander asile dans la prochaine maison qui se présenterait à lui. Ce fut une cahute planquée dans les arbres, pas plus que quatre murs en planches et un toit... une bicoque miteuse qui donnait l'impression qu'elle allait s'effondrer dans l'heure. Il s'attendait à y voir un vieil ermite décrépit, mais c'est en fait une belle et jeune femme qui lui ouvrit.

Elle le laissa entrer, manger et boire tout son saoul, et se présenta sous le nom d'Augustine. On aurait beau la décrire, ça ne pourrait pas rendre justice à ce qui se dégageait d'elle. Ce n'était pas ses yeux chocolat-cerise, ses cheveux bruns, ou son physique passablement banals qui fascinaient Magnus, mais quelque chose de beaucoup plus mystérieux. Augustine dut le remarquer, car elle se mit à rire sans aucune raison apparente.

Il y avait au moins quinze ans de différence entre Magnus et Augustine, mais au bout de quelques mois en autarcie au milieu de la forêt, ce qui devait arriver arriva. Et quelle ne fut pas la surprise de Augustine de découvrir que les chandelles n'en faisaient qu'à leur tête quelques heures seulement après l'acte... La seule chose qui sauva Magnus lorsque Augustine se rendit compte de son affinité avec le feu, c'était qu'elle était elle-même dotée de certains pouvoirs, réels ou fantasmés. C'était vrai qu'elle avait de grandes connaissances botaniques : l'accuser de sorcellerie était facile.

Et en parlant de malheur... C'est bientôt ce qui arriva. Elle n'eut d'autre choix que de chercher refuge ailleurs, et de quitter sa forêt. Magnus sauta sur l'occasion pour reprendre la mer : ce n'était pas que la compagnie de Augustine était ennuyeuse, d'autant plus qu'elle lui avait appris beaucoup, à lire, écrire, compter, et des choses à propos de lui-même et... vous voyez ce que je veux dire, mais ça lui démangeait de repartir à l'aventure sur un navire. Augustine n'y consentit qu'une fois totalement acculée par les villageois qui voulaient la brûler vive, et qu'une fois que Magnus saurait maîtriser ses accès pyromanes. Ce dernier se fit alors engager sur des bateaux marchands de tonnage moyen, mais sur lesquels il poursuivit son apprentissage de marin : le Red Beast, le Mocking Cat, le Seaflower.

Augustine l'avait suivi, en tant que médecin de bord, et sous le nom de Charles. Travestie, elle put échapper à la chasse à la sorcière locale dont elle avait été victime, et trouver refuge ailleurs. Où ça ? Bonne question. Elle était partie sans trop savoir où elle irait, et c'est par hasard qu'elle et Magnus mirent pied à terre du côté de Tallin, dans l'actuelle Estonie. Elle préféra alors quitter le Seaflower pour chercher un refuge dans l'intérieur des terres. Magnus, quant à lui, repartit sur les flots, pendant plusieurs années.

Il n'en revint que gravement blessé, borgne, et à la tête du Lady Rose, sans réelle explication à fournir. Il était passé de matelot de navire marchand à capitaine pirate... et se demandait encore comment ça avait pu se passer. De même, Augustine remarqua qu'il portait désormais autour du cou une pierre étrange, et qu'il semblait moins enclin à tout faire brûler sur un coup de tête. Cela ne l'empêcha pas de le présenter à ses nouveaux amis : la Guilde des Sorciers d'Azranum, une ville dissimulée au coeur des terres, à plusieurs semaines de voyage de la mer. Magnus eut bien du mal à se faire à l'idée de quitter la mer aussi longtemps, mais il devait avouer que ça valait le coup.

Il se chargea rapidement d'approvisionner Azranum en denrées rares et lointaines, honnêtement pillées aux navires marchands qui croisaient la route du Lady Rose. Son habileté martiale ne passa pas non plus inaperçue, mais pour l'instant, Magnus préfère ne pas s'éloigner de son navire trop longtemps.


Dernière édition par Magnus Alexander le Sam 26 Jan - 14:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tornade Blanche - Fait peur aux grands méchants loups
avatar

Messages : 1006
Date d'inscription : 12/12/2011
Compte principal : La Petite Fille

Essences vitales
Âge: Une dizaine d'années
Rôle: Petite fille

MessageSujet: Re: Magnus Alexander    Jeu 15 Nov - 21:57

Personnage validé



Curieux homme, fils de la mère et maître du feu - ou esclave ? Cette dualité sera peut-être ta force... ou ton cauchemar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanity.cultureforum.net
 

Magnus Alexander

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Signature de contrat - Alexander Frolov
» F.T. d'Alexander Blake
» Alexander Caldin.
» The History Of Mike Alexander

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Immortels :: Murmures dans la nuit :: Registre de parchemins :: Parchemins validés-