AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aileen NicAodh, clan Morgan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Petite sirène
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 28/12/2011
Age : 27
Compte principal : Ein Langley

Essences vitales
Âge: 17 ans
Rôle: Omega

MessageSujet: Aileen NicAodh, clan Morgan   Mer 28 Déc - 17:49

Nom : Clan Morgan, fille de Aodh
Prénom : Aileen
Surnom(s) : Ely (C'est ainsi que l'appelait son cher et tendre)
Âge : Vient d'atteindre ses 17 ans
âge apparent autant que vécu
Sexe : Femme
Race : Lycane
Rang, emploi ou fonction : Elle est une Omega et ne représente, littéralement, rien pour la meute.
Opinions politiques : Ne connaît pas même l'existence de Naripolis, ni de la meute. L'ignorance la rend aveugle à toute réflexion de la sorte.
Blason, couleurs, emblème : Le moto de son clan est "Manu Forti". Il s'exprime par un blason circulaire désignant une main armée d'une dague, tendue vers le ciel.


Physique :
"Un petit bout de femme". L'expression lui convient à ravir. Aileen est une jeune écossaise d'humble corpulence, au corps fin et d'apparence quelque peu fragile. Son mètre cinquante et sa musculature quasiment inexistante n'aide pas vraiment à se détacher de cette image frêle et presque enfantine qui caractérise la demoiselle. Son visage se matérialise sous des traits doux de femme-enfant aux joues encore légèrement rondes et aux lèvres charnues. Ses grands yeux gris clairs trahissent constamment ses sentiments, de la surprise à la haine en passant par la curiosité ou l'affection, ils sont un livre ouvert pour quiconque cherche à y lire ses pensées. Ce trait ressort également de manière très forte sous sa forme de louve, mais alors son corps entier devient le moyen d'expression de ses sentiments. Impossible de ne pas remarquer sa colère, lorsque ce sentiment s'empare d'elle véritablement. La louve hérisse alors son pelage noir de cendre et se campe sur ses pattes en signe d'agressivité. Ses babines frémissent de quelques poils blancs, et de son ventre également ponctué de neige sort un grondement d'avertissement.
Tout comme sa forme humaine, la louve ne possède pas la force physique généralement nécessaire à la survie d'un individu livré à lui-même. Mais son attitude prudente et agressive sont les palliatifs à cette condition pour le moins handicapante. Le pelage extrêmement sombre de la bête correspond aux cheveux noirs et lisses de la jeune femme redevenue humaine. Ils sont portés assez longs pour descendre jusque sur ses omoplates. Si durant sa vie humaine elle en prenait grand soin, Aileen a tendance à ne plus leur prêter guère d'attention à présent. Ils s'emmêlent en tous sens autour de son visage, accentuant plus encore la finesse de son corps par leur masse laissée libre.


Psychologie :
Depuis sa plus tendre enfance, Aileen a été une enfant sage, obéissante bien que maladroite. Timide et peu bavarde, elle était toutefois très appréciée des membres de son clan. Aujourd'hui encore, son appartenance aux Morgan compte beaucoup à ses yeux. Le clan constitue son identité, ses racines mais aussi le seul groupe au sein duquel elle se sente réellement chez elle. Prédestinée à passer le reste de sa vie parmi eux, elle vit très mal son arrachement à son peuple et n'aspire qu'à une seule chose : retourner parmi eux. Pourtant quelque chose la retient, et sans doute jamais ne prendra-t-elle le chemin du retour.
Son caractère s'est quelque peu modifié, suite à la rencontre avec son géniteur lycan. Le plus remarquable reste la différence extrêmement contrastée que l'on peut noter entre son caractère en tant que femme et en tant que louve. L'animal se montre constamment sur ses gardes, prudent, agressif même, dès lors qu'il se trouve confronté à une quelconque menace. Plus que tout, la louve abhorre ses semblables et particulièrement les mâles. La relation de traqueur/traqué qu'elle entretient avec le seul être de son espèce qui lui est connu ne l'aide pas vraiment à se sortir de cette configuration. Son seul objectif : survivre et protéger le petit brin de vie qui se développe en son sein.
L'humaine possède un caractère tout aussi particulier, mais de manière différente. Elle a conservé sa gaucherie, sa maladresse de jeunesse qui peut sembler exaspérante à beaucoup. Ewan, quant à lui, trouvait cela tout à fait adorable de sa part mais ce point de vue ne fait généralement pas l'unanimité. Contrairement à la louve, Aileen ressent un fort attachement aux canidés, les associant à une image de réconfort et de chaleur. Ce sont les hommes qui constituent selon elle une menace. Leur contact lui est révoltant et peut provoquer chez elle des réactions très vives, excessives diraient certains. De plus, les espaces clos lui sont tout à fait inconfortables. Son petit séjour en captivité aura suffi à la faire détester tous les espaces dans lesquels elle se sent piégée, entendez par là incapable de fuir.

Arme(s) : Filez-lui un couteau dans les mains, et vous pouvez parier qu'elle arrivera à se couper avec avant de pouvoir en faire quoi que ce soit. Mais sous forme de louve… Gare aux crocs et aux griffes.
Signe particulier : Aileen est tout à fait incapable de contrôler sa transformation et la subit véritablement plus qu'elle ne la vit. La plupart du temps elle revêt sa forme de louve, et ne contrôle plus alors aucun de ses gestes, bien qu'elle se souvienne parfaitement de l'expérience une fois redevenue humaine.
Une autre particularité modifie progressivement son anatomie depuis sa captivité. En effet, son géniteur lycanthrope l'a laissée grosse d'une nouvelle vie qui se développe en son sein.
Ce que vous avez sur vous : Absolument rien. Depuis son départ d'écosse, Aileen est particulièrement caractérisée par l'absence totale de possessions matérielles. Revêtant la plupart du temps sa forme animale, elle ne possède pas même le moindre vêtement. Elle s'est habituée à se cacher lors de ses brèves mutations humaines, attendant simplement le retour de la louve.
Ce que vous savez des autres personnages : La louve rejette en bloc tout contact avec qui que ce soit, à partir du moment ou celui-ci est perçu comme un danger potentiel. Elle est méfiante et agressive… Sous forme humaine, Aileen craint particulièrement les contacts avec la gente masculine, mais peut se révéler très sociable à partir du moment où elle se sent en sécurité.



Histoire :

- Un loup.

L'emprunte laissée par la bête dans la terre meuble ne faisait aucun doute.
Ewan lâcha un juron entre ses dents serrées. Encore un loup… Voire plusieurs, une meute certainement. Ces créatures avaient donc décidé de faire de leur vie un enfer? Le chasseur se releva, laissant intacte la marque au sol. Il jeta un œil à ses camarades, mais aucun ne répondit quoi que ce soit. Ils étaient six à présent, sur les traces de la jeune disparue. Et d'aucun n'ouvrirait la bouche pour exprimer ce que tous, ici, avaient en tête. Les recherches étaient vaines, la petite avait perdu la vie, dans ces bois. C'était certain. Aucun corps n'avait été retrouvé, laissant penser qu'elle avait servi de festin aux bêtes. Aux loups. Seul Ewan semblait incapable de lâcher prise, et les hommes du village ne pouvaient décemment le laisser seul chasser en forêt. Pas après les pertes de ces derniers jours. Alors ils l'avaient suivis, espérant qu'il perdrait espoir bien vite afin que tous puissent rentrer chez eux, sains et saufs.

L'air était froid. Chaque respiration résultait en un léger nuage brumeux apparaissant devant les lèvres des hommes rassemblés. Autour d'eux, les hauts troncs sombres s'étiraient vers le couvert végétal et le ciel, nuageux, au dessus d'eux. La nuit tomberait bientôt et il faudrait abandonner les recherches. Avec un peu de chance, Ewan laisserait tomber, le lendemain. Il se résignerait et retournerait à sa vie de tous les jours… Mais ce ne serait pas facile. Il avait perdu durant ces derniers jours, comme deux familles déjà dans le village, un être cher. Le froid avait apporté son lot de tourments, pour les hommes comme pour les bêtes. Les denrées s'étaient faites rares, et les proies aussi dans les bois. Les loups, affamés, avaient dû s'attaquer aux pauvres âmes errant seules sous couvert des sous-bois. Aller chercher du bois ou relever ses pièges seul revenait à y laisser sa peau, dernièrement. Et quelques tragiques disparitions étaient à dénombrer. Le petit village reculé frissonnait de froid et de peur. Rares étaient les périodes où les chasseurs nocturnes descendaient si proche des maisons et taillaient leurs repas dans la chair humaine.

Mais il n'y avait aucun doute possible. Les empruntes étaient nombreuses aux alentours du village. L'un des hommes posa sa main sur l'épaule du jeune homme. Leurs yeux se rencontrèrent, avant qu'Ewan ne baisse le regard, d'un air contrit. Il savait déjà ce qu'allais lui demander son ami.

- Rentrons. Parcourir les bois de nuit ne nous sera d'aucune utilité. Et il faut protéger le clan, durant les heures les plus sombres. On ne sait jamais, ces bêtes pourraient très bien être poussées aux portes du village, si la faim les saisit.

Il avait raison, bien évidemment. Mais Ewan s'y résoudrait avec regret. Il jeta un dernier coup d'œil aux ombres qui s'étendaient entre les arbres, avant de suivre les hommes sur le chemin du retour. Aileen ne reviendrait plus. Il devait s'y faire… Jamais plus il ne reverrait son doux sourire, ses yeux brillants, son visage aux joues rondes et aux traits délicats. Son Ely avait été dévorée par la nuit. Ils vivaient sous le même toit depuis quelques mois à peine. La jeune fille avait perdu ses parents par le sort et la maladie. Ewan lui avait alors proposé de vivre avec lui mais… Les lois étaient strictes, dans le clan. Alors ces amis d'enfance s'étaient mariés. Pour qu'aux yeux de tous, leur vie commune soit acceptée et bénie par le Seigneur. Ainsi avait commencée une vie heureuse pour les deux jeunes amants. Chaque jour apportait son lot de travail et de misère, mais tout cela semblait plus léger, lorsque porté à deux. Mais on ne pouvait lutter contre le destin. Aileen semblait poursuivie par la malchance… Et elle n'avait pas réchappé au dernier événement tragique qui survenait dans sa vie. Elle ne s'aventurait jamais bien loin du village… Mais c'avait suffi pour qu'une mâchoire acérée l'enlève aux siens.

Les loups… Ewan n'en pouvait plus des loups. Ils les tueraient à vue, si l'un d'eux croisait sa route. Mais pour l'instant, il fallait s'en retourner. Le village attendait et la nuit, lentement, étirait ses ombres. Il dormi peu ce soir-là. Une petite heure, tout au plus, le visage de son épouse flottant devant ses paupières closes. Et le lendemain, il n'était qu'un fantôme errant dans le village. Personne n'accepterait de retourner avec lui chercher un mirage déjà évanoui. Il était seul à présent. Il devait s'y faire. Mais le visage de sa chère et tendre tournait dans sa tête, encore et encore, le hantant chaque seconde. Le soir vint bientôt, et il n'en pouvait plus. Le sommeil ne lui viendrait pas plus cette nuit que la précédente. Alors, se parant en véritable chasseur qu'il était, il serra ses armes contre lui et disparu à l'orée du bois. C'était folie que de s'aventurer ici après ce qu'il s'était passé. Mais la raison lui avait été ôtée lorsque l'on avait emmené loin de lui sa petite femme. Il avait déjà parcouru quelques kilomètres, fronçant les sourcils pour tenter d'y voir quelque chose. Un homme n'est pas sensé chasser de nuit, lui disait sa vue.

Un grognement. Tout d'abord un fin bruissement dans les feuilles, puis ce grondement rauque qui s'intensifia. Ewan fit volte face brusquement, et se retrouva nez à nez avec une ombre aux yeux brillants. Mettant au clair la lame de son couteau, il peignit sur son visage un pur masque de haine avant de hurler sa rage et son désespoir. Le loup bondit, et les mâchoires de la bête s'enfoncèrent dans la chair tendre, laissant gicler sur son museau le sang bouillant du chasseur.

---

La faim le tenaillait depuis des jours. Il ne se rappelait plus de quand datait son dernier repas. Il n'est pas aisé d'être un loup seul. Particulièrement lorsque l'on a pas même atteint ses dix premières années de lycanthropie. Mais il devrait faire avec, à présent. La meute l'avait rejeté, renié, envoyé à la mort. Et pour cela, il leur vouerait une haine éternelle. Aussi éternelle que lui-même serait. Car il n'était pas question pour lui de mourir ici, abandonné et oublié de tous. Il survivrait pour voir la meute se disloquer, et il participerait à sa chute. Ses actes avaient été pour eux, tous, et voilà de quelle manière il était remercié. Éliminer les éléments inutiles, les faibles, ne constituait qu'un atout pour le groupe. Ceux qu'il avait achevé n'étaient que des pions inutiles, tout juste bons à affaiblir la meute. Quelque seulement quatre morts, qui plus est. Le compte n'était pas lourd. Mais voilà que pour l'assassinat de 'ses frères', il avait été banni. Ils n'étaient pas ses 'frères', ces faiblards incapables de quoi que ce soit…

Depuis, c'avait été l'exil. Il avait traversé vers l'Ouest, sans savoir quelle direction il devait prendre, sans but sauf celui de survivre. Les terres qu'il traversait à présent lui étaient agréables. Mais c'aurait été mieux encore s'il y avait trouvé meilleur gibier que les quelques lapins disséminés dans ces bois. Puis il avait repéré une odeur humaine. La puanteur d'un village, sans aucun doute. C'était un festin inespéré, qui se présentait là… Et deux choix s'offraient alors à lui : se fondre aux hommes et mendier pour sa vie, ou bien prendre, sans autre forme de procès. Et il allait prendre. Jamais il n'avait mendié. Il n'appréciait pas de se mêler aux mortels, créatures exécrables qui puaient à des kilomètres alentours. Même leur chair, n'était pas appréciable. Mais là n'était pas la question. Il devait se nourrir. Sa première victime fut un vieil homme décati. Puis une fermière rondouillarde. Son appétit était comblé, à présent. Et les hommes commençaient à prendre peur. Il devrait bientôt disparaître, et poursuivre sa route. Mais voilà qu'une troisième victime s'était jeté dans ses bras. Pourquoi la refuser, alors?

Une petite chose même pas assez charnue pour constituer un digne repas. Un visage encore poupin, à peine sorti de l'enfance… Mais un regard… Si innocent, si tendre et d'une ignorance totale. Il n'avait pas résisté. Mais cette fois-ci, il ne tua pas. L'attaque avait seulement constitué en la maîtrise de la jeune femme. Celle-ci s'était pourtant débattue farouchement et le loup l'avait blessée à maintes reprises, avant que la demoiselle n'en vienne à perdre connaissance. Il la traîna sous le couvert végétal, entre les arbres, avant de la faire disparaître au plus profond d'une cavité rocheuse. Les marques de crocs et de griffes laissées sur la peau tendre laissaient couler de fins filets de sang. Le loup léchait les plaies, consciencieusement. Il avait trouvé une compagne, pour l'accompagner dans ses errances. Il l'avait damnée, pour les hommes autant que pour les lycans. Elle le suivrait. Elle n'avait pas d'autre choix…

---

Elle attendait la mort. La délivrance. Mais la Bean Sith n'avait pas encore crié, la laissant seule avec sa souffrance. Et le froid, la pénombre, la faim. Chaque respiration résonnait en échos autour d'elle, la plongeant plus encore dans sa solitude. Il lui fallait bouger. Sortir d'ici et revenir au village. Revoir le visage d'Ewan, se perdre dans ses bras chaleureux, oublier la peur et la souffrance. Voilà des heures qu'elle reposait seule, l'oreille à l'affut, cherchant le moindre indice du retour de l'homme… Ou du loup, espérant qu'il s'agirait de la bête. L'homme lui faisait autrement plus peur et ses visites étaient si douloureuses qu'Aileen se sentait mourir chaque fois. Pourtant elle finissait toujours par rouvrir les yeux. Une fois seulement, elle s'était réellement sentie mourir. Tous ses muscles, ses os, son corps entier semblaient se briser sous le poids d'une force maléfique. Puis plus rien. Elle avait oublié ce qui avait suivi. Sans doute s'était-elle évanouie. A son réveil, elle était nue et frissonnante. Le loup avait léché ses plaies et se pelotonnait contre elle, comme pour lui tenir chaud.

La vie n'avait pas été tendre avec elle. Mais jamais elle n'avait eu à affronter pareille difficulté. Les siens lui manquaient. Ewan lui manquait. Le clan, le village, la petite routine quotidienne également. Ses trois jours en captivité lui paraissaient une éternité, et le cauchemar ne semblait pas prêt de s'arrêter. Elle agrippait ses doigts à la fourrure touffue du loup, et y perdait son visage pour étouffer ses larmes. La bête restait imperturbable, patiente face à ce bout de femme inconsolable. Puis il disparaissait dans la nuit. Et, au bout de quelques temps, c'est l'homme qui revenait. Il ne prononçait jamais un mot. Son silence était terrifiant. Il venait et prenait, dans la cruauté et la douleur, et jamais les cris de la jeune femme n'adoucirent ses actes. Puis, c'était encore la solitude. Des heures durant. Elle ne pouvait pas s'enfuir, pas même se lever. Une cheville foulée et une jambe lacérée, de tel manière qu'elle ne pouvait pas seulement tenir debout. Mais les plaies se refermaient de jour en jour, et guérissaient toujours plus vite. Bientôt, elle pourrait s'enfuir… Cet espoir semblait bien vain, illusoire. Il la rattraperait, elle en était sûre, et la ramènerait dans les entrailles de la terre.

Pourquoi diable avait-elle suivi cette ombre, qui se dissimulait à l'orée des bois? Elle n'en revenait toujours pas, de sa bêtise. Après les quelques disparitions survenues, elle n'avait pu rester silencieuse, en voyant un inconnu sur le point de pénétrer dans la forêt. Elle l'avait interpelé pour le mettre en garde, mais lorsque leurs regards s'étaient croisés… Aileen avait compris quelle erreur elle venait de faire. Les loups n'y étaient pour rien, dans ces disparitions. Elle en était sûre désormais. C'est lui qui les avaient tués. La seule question qui tournait alors encore dans sa tête était la raison qui l'avait poussé à la garder en vie, elle. Elle s'était perdue dans son questionnement lorsqu'elle sentit de nouveau la douleur poindre dans ses muscles. Elle se fit plus intense, aigüe, et devint rapidement insupportable. On tentait d'arracher ses os au travers de sa peau, lacérant ses membres, déformant son visage. Elle se mit à crier, mais personne ne répondit. Elle ferma les yeux, et attendit que la douleur s'éloigne.

---

Ses pattes arrière lui faisaient encore un peu mal, mais elle le supportait très bien. La louve était guérie à présent et s'aventura timidement vers l'entrée de la grotte. Elle devait s'enfuir avant que ne revienne son tortionnaire. Alors à tout petit pas, noire parmi les ombres, oreilles baissées, elle descendit la colline. Les arbres, tout autour d'elle, lui fournissaient une couverture idéale pour se dissimuler à la vue de tous. Elle sentait partout son odeur, dans ces bois, et chaque respiration la mettait plus en colère qu'auparavant. Il ne s'en sortirait pas ainsi, elle lui ferait payer ses forfaits… Mais pour l'instant… Une toute autre menace se présentait à elle. Il se tenait sur sa route, et les armes qu'il portait à la ceinture ne faisaient aucun doute. Elle gronda. L'inconnu sortit une lame. Il n'eut jamais le temps de s'en servir car déjà, elle lui sautait à la gorge. L'homme évita de justesse la morsure mortelle et la gueule de la louve déchira l'épaule d'Ewan. Elle griffait, se débattait pour l'achever. Puis brusquement elle stoppa tout mouvement. Lentement elle releva la tête. Le loup était là, à quelques mètres seulement, ses yeux étincelants fixés sur elle.

Tous ses poils se hérissèrent et ses crocs se découvrir sous l'effet de la rage. Elle prit appui sur ses pattes et… déguerpit aussitôt. Elle disparut entre les branches, dans la nuit, son pelage noir s'évaporant entre les ombres. Elle courait à en perdre haleine, et l'autre la suivait, toujours avec une certaine distance, mais ne lâchait jamais sa piste. Il était bien plus fort, plus robuste, plus entraîné qu'elle. Jamais elle ne vaincrait à la force des muscles. L'attaquer aurait été un suicide. Et mourir n'était pas une option. Son instinct la poussait à avancer, toujours plus loin… Sans un regard en arrière, sans même penser au village ou à l'homme qu'elle venait de tuer. Seul comptait le poursuivant. Elle devait s'en défaire à tout prix!

---

Un frisson la parcourut. Elle avait tellement froid… Que ses yeux s'ouvrirent. Dans sa bouche, un désagréable goût métallique lui tira une moue dégoûtée. Du sang. Le… Son cœur cessa de battre durant un instant. Le sang d'Ewan. Elle se rappelait le masque de haine qui avait déformé le beau visage de son mari, sa propre colère, sa mâchoire qui se refermait sur son épaule… Puis la poursuite. Affolée, Aileen jeta des regards éperdus autour d'elle. Des collines, à perte de vue. Mais point de tortionnaire. L'homme avait disparu. Crachant le sang qui restait dans sa bouche, elle se pelotonna sur elle-même et étouffa un sanglot. Elle se rappelait de la douceur du pelage, de la chaleur du loup et se surprit à vouloir de nouveau se cramponner à cette fourrure. Elle avait tué Ewan. Elle en était sûre. Que ferait-elle à présent? Il n'existait plus rien de connu alentour. Aileen ne reconnaissait pas même les terres sur lesquelles elle se trouvait. Son Écosse bien-aimée avait disparue…

---

Il était devenu comme fou, lorsqu'il l'avait surprise à se battre contre un homme. Que faisait-elle là?! Elle avait pu s'enfuir et qui plus est s'était changée en louve. Il ne savait réellement si le plus choquant était de la voir si agressive, alors que son tempérament humain était tout autre, ou bien de voir son museau couvert de sang tourné vers lui, plein de fureur. Elle avait fui. Évidemment. Il l'avait alors poursuivi sur quelques mètres mais bien vite, il stoppa sa course. Il devait revenir après de cet humain… Et l'achever avec que ses pairs ne le retrouve. L'homme était inconscient, mais bien vivant. C'était certain. Et à ce train là, il vivrait pour se transformer dans quelques jours. Imprudente petite sotte! Pourquoi diable avait-il fallu que ses jambes guérissent si vite? Le loup revint sur ses pas, et découvrit là l'homme gémissant dans une épaisse marre de sang. Il tremblait de terreur et de rage, aussi seul et impuissant qu'il était. Un coup de dent avait suffi. Le corps sanguinolent avait cessé de gesticuler, et ne représentait plus maintenant qu'un amas de chair sans vie.

Des voix. On venait pour le chercher. Le loup fit volte-face immédiatement et disparu dans les ombres. Il venait d'imaginer un nouveau jeu. Mais tout d'abord, il devait retrouver la trace de sa petite louve. Il sourit intérieurement. Tout comme lui, elle semblait largement préférer sa forme animale, mais cela ne pouvait être autrement. Elle était si faible, une fois changée en bipède… Alors que la louve pourrait survivre, avec un peu de chance. Il la suivrait, de loin, épiant ses moindres actes. Il serait toujours une ombre autour d'elle, mais n'interviendrait pas. Combien de temps tiendra-t-elle, seule et traquée? Elle venait de naître et sa vulnérabilité était indéniable. Elle reviendrait à lui de sa propre volonté, tôt ou tard. Il devait se constituer une meute, à lui, et il fallait bien commencer quelque part… Elle serait la première, et d'autres suivraient. Le processus promettait d'être long, mais il n'en était que plus amusé.
---

La louve reniflait autour d'elle. Il était là, tout proche. Elle pouvait le sentir, de manière presque imperceptible. Il n'apparaissait jamais, mais cette odeur qu'il laissait filer jusqu'à son museau la mettait en garde. Elle n'était pas seule. Le petit manège durait depuis deux mois déjà. Et durant ce temps, pas une seule fois n'avait-elle repris forme humaine. Elle ne savait comment faire, de toute façon. Son instinct seul la guidait. Aileen assistait, impuissante, au déroulement de sa propre vie à travers les yeux de la bête. La louve huma l'air une dernière fois, gronda, et repartit aussitôt. Il ne devait pas approcher. Elle était devenu plus agressive encore, ces dernières semaines. Aucun danger ne devait se matérialiser à proximité, ou elle découvrait aussitôt ses babines. Elle ne protégeait plus uniquement sa vie désormais, mais aussi celle qui se trouvait dans son ventre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tornade Blanche - Fait peur aux grands méchants loups
avatar

Messages : 1006
Date d'inscription : 12/12/2011
Compte principal : La Petite Fille

Essences vitales
Âge: Une dizaine d'années
Rôle: Petite fille

MessageSujet: Re: Aileen NicAodh, clan Morgan   Mer 28 Déc - 18:13

Personnage validé !
Enfant en fuite, fille-mère et louve solitaire, parviendras-tu à trouver ton chemin parmi les tourmentes de ta nouvelle vie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanity.cultureforum.net
 

Aileen NicAodh, clan Morgan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Premier Baptême... |Tout le Clan|
» Nouveau super pack de clan !
» La Guerre des Clan - Thelegend - Partenariat ? # Besoin de Membres.
» NTW3 Clan Wars League
» Mon petit clan ( enfin ce qui est peint)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Immortels :: Murmures dans la nuit :: Registre de parchemins :: Parchemins validés-